Les Français de plus en plus absents au travail et ça coûte cher !

D’après le baromètre Alma CG, l’absentéisme au travail dans les entreprises privées a augmenté de 18 % en 2012, par rapport à 2011. Pour le secteur privé, la facture totale de ces absences s’est élevée à 16 milliards d'euros.

0
1462
L'absentéisme au travail a coûté 16 milliards d'euros aux entreprises et à l'Etat en 2012 ©ThinkStock

Les Français louperaient de plus en plus de jours de boulot… Selon une enquête CSA/Alma CG* , le taux d’absentéisme au travail est passé de 3,84 % à 4,53 % entre 2011 et 2012,soit une augmentation de 18 % en un an. En cause : les difficultés économiques des entreprises qui atteignent le moral des salariés, les poussant à rester chez eux… Ce phénomène embête le duo Etat/entreprises puisque cela leur a coûté, en cumulé, 16 milliards d’euros pour l’année 2012.

Absentéisme : le secteur des banques et des assurances est le plus concerné

Ces chiffres peuvent être nuancés puisqu’ils varient beaucoup selon les secteurs d’activité. Les secteurs les plus touchés sont ceux des services et de la santé, avec respectivement 20 (en baisse par rapport à 2011) et 19,7 (en hausse de 5,46 %) jours d’absence par an. Dans les services, c’est surtout l’activité banque/assurance que l’étude CSA pointe du doigt avec un taux d’absentéisme de 5,56 % sur l’année 2012.

Augmentation de l’absentéisme : partout en France ?

Le rapport analyse aussi la localisation de cet absentéisme. Toutes les régions de France sont touchées par ces chiffres en hausse, sauf le Sud-Ouest et la région Rhône-Alpes. Les régions les plus en proie à l’absence des salariés au travail sont le Nord et la Méditerranée (20,1 et 19,7 jours d’absence par an et par salariés). L’Île-de-France (17,5 jours d’absence par salariés et par an), où le secteur des services est très présent, les suit de près.

Les raisons de cet absentéisme

Pourtant, le secteur des services semble ne pas être confronté aux problèmes de pénibilité du travail. C’est surtout la précarisation des entreprises qui démotive les salariés. Les réorganisations liées à des difficultés financières sont souvent mal acceptées et mal comprises. Les salariés ne parviennent plus à intégrer un projet commun. Du fait de la hausse du chômage ces dernières années, les Français hésitent de plus en plus à quitter leur entreprise lorsqu’ils ne s’y plaisent plus, de peur de ne pas retrouver de travail : par conséquent, ils s’absentent !

Une autre cause de l’absentéisme des salariés peut être rapprochée des conditions de travail. En effet, Yannick Jarlaud, directeur du département santé, sécurité et environnement de travail d’Alma CG précise que « la qualité de vie au travail devient un enjeu de performance ».

L’absentéisme des salariés coûte cher à l’Etat et aux entreprises

En moyenne, un Français s’absente 16,6 jours par an, alors qu’un an plus tôt il ne s’absentait que 14 jours. Si les entreprises s’inquiètent pour la santé de leurs employés, c’est surtout les questions financières qui leur mettent la puce à l’oreille. Les entreprises ont dû débourser en 2012, 6,98 milliards d’euros, auxquels il faut ajouter les 8,8 milliards d’euros que la Sécurité Sociale a versé en indemnités journalières.

L’enjeu pour les entreprises comme pour l’Etat est donc de prendre soin de leurs travailleurs et de leur proposer des conditions de travail plus favorables.

 

* enquête réalisée auprès de 323 entreprises françaises

Solène Medjeri