Les Français sont de moins en moins accros aux médicaments

La consommation française de médicaments revient dans la moyenne européenne. Pendant longtemps, les Français étaient au-dessus de la moyenne selon une étude publiée mardi par le groupe de réflexion LIR.

0
1614
Les Français consomment moins de médicaments ©Visual PA

L’étude portait sur la consommation de médicaments consommés dans sept pays européens et sur une période de 10 ans. La France a longtemps été l’exception en matière de consommation car au-dessus des autres pays européens.

La France modère sa consommation de médicaments

Le groupe de réflexion LIR a pris en compte huit classes thérapeutiques : les antibiotiques, les anxiolytiques, les anti-dépresseurs, les anti-ulcéreux, les hypolipémiants, les anti-hypertenseurs, les anti-diabétiques et les anti-asthmatiques.  

Aujourd’hui l’étude rapporte un taux d’évolution français faible et une certaine modération de la consommation de médicaments. Il y a 12 ans, la France se plaçait à la première place de la consommation de ces huit classes thérapeutiques. En 2011, les Français se sont nettement freinés puisqu’ils reviennent dans la moyenne européenne.

Les antibiotiques et les anxiolytiques font exception en France

Si la France marque une nette régression de la consommation de médicaments cela n’est pas vrai pour tous les types de médicaments. Les anti-dépresseurs, les anti-ulcéreux, les hypolipémiants, les anti-hypertenseurs, les anti-diabétiques et les anti-asthmatiques sont largement moins pris par les Français.

Mais les anxiolytiques et les antiobiotiques restent dans les faveurs des consommateurs français. Nous pouvons nous rassurer, la consommation reste, certes, élevée mais les prescriptions décroissent quand même. Grâce à qui ? Certainement grâce aux campagnes d’information mises en place par l’Assurance Maladie. En effet la surconsommation avait largement été pointée du doigt et les malades avaient été sensibilisés. Impossible que vous ayez oublié ce slogan : « Les antibiotiques c’est pas automatique »… Alors la publicité aurait-elle eu une influence particulière sur la consommation française de médicament ?

Anne-Ségolène Brun