Les Français sont-ils aptes au bonheur ?

A l’étranger, on entend souvent dire que les Français se plaignent tout le temps. Pourtant, les conditions de vie sont plutôt bonnes. Une chercheuse française affirme que cette propension au malheur est un problème, non pas matériel, mais culturel.

0
2637
Les Français ont 20 % de chances en moins d'être heureux que leurs voisins européens ©Fotolia

Les Français ont 20 % de chances en moins d’être heureux que n’importe quel Européen, selon une étude de l’INSEE publiée en octobre 2011. Le niveau de vie ou la richesse ne peut être pris en compte puisque la France n’est pas le pays le plus pauvre du continent. Pourquoi donc une humeur si morose ?

La tristesse, un mal français

Selon le professeur à la Paris School of Economics (PSE, Ecole d’économie de Paris), Claudia Senik, il existe un aspect culturel du malheur : “Le bonheur ne dépend pas seulement de conditions objectives extrinsèques. Il repose aussi sur des dispositions culturelles intrinsèques, des attitudes et des perceptions mentales ».

Invitée le 3 avril à la conférence annuelle de la Royal Economic Society de Londres, elle présente ses théories, développées dans l’article The French Unhappiness Puzzle : the Cultural Dimension of Happiness (Le mystère du malheur français : la dimension culturelle du bonheur). 

Le système scolaire français en cause

Claudia Senik remarque dans cette étude que l’inaptitude au bonheur est plus importante chez les personnes étant passées par le système scolaire français avant l’âge de 10 ans. Elle pense que cela peut être dû au manque d’ouverture de l’école française sur le monde et les langues étrangères : “Elle nourrit l’hostilité à la globalisation ».

Son autre hypothèse est le côté “unidimensionnel” du système scolaire hexagonal. Les élèves sont jugés en fonction de leurs résultats en mathématiques et en français. Cela n’encourage pas les individualités, et tend à dévaloriser les élèves, peut-être talentueux dans d’autres matières que ces deux dernières.

Les travaux de la chercheuse française font un tabac en Angleterre : leur malheur, les Français le méritent, selon certains journaux. Claudia Senik interviendra aussi à Paris pour le Forum Eco de Libération et Science politiques consacré au bonheur, les 2, 3 et 4 avril. Sera-t-elle aussi bien accueillie ?

Charlotte Loisy