Les fruits : un moyen simple d’éviter les ruptures d’anévrisme

D'après une étude suédoise, consommer trois fruits par jour diminuerait le risque de rupture d'anévrisme. Une vérité qui s'appliquerait particulièrement aux hommes fumeurs.

0
3626
Manger trois fruits pas jour réduirait les risques de rupture d'anévrisme ©ThinkStock

Manger cinq fruits et légumes par jour évite les carences… et réduit les risques de rupture d’anévrisme. Pour arriver à cette conclusion, des chercheurs de l’Institut de Karolinska de Stockholm et de l’Université d’Upssala ont testé les bienfaits des fruits sur plus de 80 000 adultes, âgés de 46 à 84 ans.

Leur étude, parue dans la revue scientifique Circulation, a duré treize ans. Pendant tout ce temps, les scientifiques ont observé la consommation de fruits et légumes des volontaires. Résultats : plus les « cobayes » mangeaient de fruits, moins ils risquaient de subir une rupture d’anévrisme. Concrètement, les chercheurs ont calculé qu’à partir de trois fruits par jour, les consommateurs diminuaient les risques de 44 %, comparé aux individus qui ne mangeaient pas, au minimum, cinq fruits par semaine. Avec deux fruits par jour, les volontaires réduisaient les risques de 25 %.

De meilleurs résultats chez les fumeurs

Au cours de cette étude, les scientifiques ont constaté une chose étonnante : la consommation de fruits était particulièrement bénéfique pour les hommes fumeurs, soit l’une des catégories de la population les plus exposées au risque de rupture d’anévrisme. Néanmoins, les chercheurs rappellent que « tout le monde devrait consommer quotidiennement la quantité de fruits et légumes recommandée, pas seulement les fumeurs », précise le Dr Stackelberg, interrogé par Le Figaro.

Pour le rappel, l’anévrisme est une dilatation localisée de la paroi d’une artère aboutissant à la formation d’une poche de taille variable, communiquant avec l’artère au moyen d’une zone rétrécie que l’on nomme le collet. Dans 80 % des cas, la rupture est fatale.

Lire aussi : Ces fruits qui soignent cancers et infections

Maxime Quéma