Les Google Glass s’invitent en salle d’opération

Deux chirurgiens ont testé les Google Glass en pleine opération. Les interventions ont été filmées puis retransmises sur internet.

0
3268
Deux chirurgiens ont testé les Google Glass en pleine opération ©ThinkStock

Les Google Glass ne sont pas encore mises en vente qu’elles font déjà beaucoup parler d’elles. Et les possibilités d’utilisation des lunettes connectées sont infinies. Dernièrement, deux chirurgiens, l’un aux Etats-Unis, l’autre en Espagne, ont testé, à quelques jours d’intervalle, les Google Glass en salle d’opération.

Google Glass : « Un grand potentiel dans le domaine de la médecine »

Le premier, le docteur Rafael Grossmann, exerce dans le Maine (Etats-Unis) et a posé une sonde gastrique par endoscopie sur un patient. Son opération, filmée grâce aux Google Glass, a été enregistrée et diffusée par téléconférence. D’après le chirurgien, qui a commenté l’expérience sur son blog, les lunettes et le système de diffusion sont « des outils intuitifs qui ont un grand potentiel dans le domaine de la médecine, et qui devraient permettre une meilleure coopération à distance lors des interventions, un suivi facile des actes chirurgicaux et un outil de télé-éducation ».

Même constat pour le Dr Pedro Guillem de la clinique CEMTRO de Madrid (Espagne), qui a pratiqué une greffe de cartilage sur un patient de 49 ans. Là aussi, l’opération a été filmée telle qu’elle était vue par le chirurgien grâce aux lunettes connectées de Google, puis diffusée sur internet pour être suivie par des médecins américains, européens et australiens. L’Espagnol a assuré que les Google Glass ne l’avaient absolument pas gêné lors de cette intervention, et qu’ « il avait même oublié qu’il portait quelque chose de plus » que ses propres lunettes de vue.

Mais les lunettes de Google présenteraient bien plus qu’un intérêt éducatif ou collaboratif pour la médecine. Elles pourraient en effet aider directement les chirurgiens en cours d’opération, en fournissant des informations utiles dans son champ de vision. Par exemple, la société Droiders serait en passe de mettre au point une application permettant de suivre le rythme cardiaque d’un patient, rien qu’en regardant son visage avec les lunettes connectées.

Mathilde Bourge