Les hommes de petite taille vivent plus vieux

D’après des chercheurs de l’Université d’Hawaï, les hommes de petite taille, c’est à dire mesurant moins de 1m60, pourraient avoir une durée de vie plus importante que les autres. L’explication se trouve dans le gène FOXO3, garant d’une meilleure santé.

0
6314
Les hommes petits seraient davantage susceptibles de posséder une forme protectrice du gène FOXO3 qui entraîne une durée de vie plus étendue. ©ShutterStock

Être petit n’est pas forcément un grand avantage dans la vie, mais cela permet au moins de vivre plus longtemps que les autres. L’information a de quoi étonner, mais c’est pourtant bien le résultat d’une étude très sérieuse menée par l’Université d’Hawaï (Etats-Unis) et révélé récemment dans la revue PLOS One.

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs se sont appuyés sur les données recueillies depuis 1965 auprès de 8.006 hommes américains d’origine japonaise et nés entre 1900 et 1919. Les sujets ont ensuite été divisés en trois groupes : les hommes mesurant moins de 1m57, plus de 1m62, et entre les deux.

Les scientifiques se sont aperçus que les personnes de moins de 1m57 étaient davantage susceptibles de posséder une forme protectrice du gène FOXO3. Celui-ci est responsable de la petite taille mais entraîne aussi une durée de vie plus étendue.

Le gène FOXO3 réduit notamment les risques de cancer

« L’étude démontre que la taille est liée à ce gène », commente Dr Bradley Willcox, principal auteur de l’étude. « Nous savions que c’était le cas chez les animaux, mais nous ne l’avions pas vérifié chez les humains. Les souris, les vers ronds, les mouches et la levure possèdent tous une version de ce gène qui influe sur la longévité de toutes ces espèces », a-t-il ajouté.

Pour être plus précis, le gène FOXO3 permettrait aux hommes de petite taille d’afficher un faible taux d’insuline dans le sang et de présenter moins de risques de cancer, ce qui explique la plus grande longévité. Mais que les « grands » se rassurent, « on peut toujours vivre de façon saine et prolonger son espérance de vie », précise le Dr Bradley Willcox.

Sur les 8.006 hommes étudiés pour cette vaste enquête, 1200 ont vécu au moins jusqu’à 90 ans (certains plus de 100 ans) et 250 sont toujours en vie. Les chercheurs vont maintenant devoir déterminer si ces résultats sont propres à une population d’origine japonaise ou s’ils sont applicables à tout le monde.

Sur le même sujet :

Pourquoi vit-on plus longtemps sur l’île d’Okinawa ?

Les végétariens vivraient plus longtemps

Adrien Guiset