Les médecins à nouveau en grève

Ce vendredi 13 novembre est annoncé comme une "journée santé morte". Les médecins libéraux feront grève pour protester contre le projet de la Loi Santé.

0
764
Les médecins à nouveau en grève ©Guillaume Collet/SIPA

Les médecins ne décolèrent pas et le font savoir. Ce vendredi 13 novembre, une grève de grande ampleur est organisée partout en France pour protester contre la Loi Santé de Marisol Touraine. Généralistes, spécialistes et chirurgiens (CSMF, MG France, FMF, SML, Bloc) font front commun avant le retour du projet en deuxième lecture à l’Assemblée nationale lundi 16 novembre prochain, rejoints par d’autres professionnels, comme les dentistes ou les infirmiers libéraux.

L’hôpital public risque d’être débordé puisque de nombreux cabinets médicaux fermeront leurs portes. Les chirurgiens et les services d’urgences des cliniques privées redirigeront de nombreux malades vers ces établissements publics.

« Il y aura des blocages sérieux dans certaines villes où les médecins sont extrêmement motivés », souligne Lamine Gharbi, le président de la fédération de l’hospitalisation privée (FHP). Les villes les plus touchées par les contestations seront Toulouse, Lyon et Grenoble.

La généralisation du tiers payant dans le viseur

La raison de leur colère ? La généralisation du tiers payant à tous d’ici à 2017. Concrètement, les patients n’auront plus à avancer les frais de consultation, les médecins seront quant à eux remboursés directement par l’assurance maladie et les mutuelles. Cela entraînera une charge de travail administratif supplémentaire et un risque de voir augmenter les impayés.

La journée du vendredi 13 sera donc compliquée pour les malades. Les syndicats les plus radicaux, comme le Bloc ou l’association de médecins UFML, se disent même prêts à prolonger le mouvement à plusieurs journées pour montrer « ce qui se passera demain » avec l’application de la loi.

Mieux vaut ne pas tomber malade ce vendredi 13 novembre, voire dans les prochains jours. 

Lire aussi : Rendez-vous médicaux : des délais d’attente disparates

Justine Dupuy