Les personnes âgées réfléchissent moins vite car leur cerveau est plus rempli

D'après un chercheur américain, les personnes âgées réfléchissent plus lentement car ils ont emmagasiné plus de connaissances. Leur cerveau aurait donc plus de mal à faire le tri.

0
1578
Ayant emmagasiné plus d'informations, le cerveau des personnes âgées auraient plus de mal à faire le tri. ©ThinkStock

C’est le mystère de vos soirées jeux de société. Votre grand-père, qui paraît long à la détente et met toujours du temps à répondre aux questions du Trivial Pursuit, gagne systématiquement la partie. Pourquoi ? Selon une étude, relayée par National Geographic, les personnes âgées auraient une mémoire moins vive que les jeunes car leur cerveau serait beaucoup plus rempli. Ils auraient donc besoin de plus de temps pour faire le tri avant de trouver la bonne réponse.

Michael Ramscar, chercheur en linguistique à l’Université de Tübingen (Allemagne) s’est posé la question suivante : « Quelle est la meilleure mémoire : celle de la jeune personne qui connaît un peu et se souvient de tout, ou celle de la personne âgée qui a beaucoup appris et en oublie un peu ? » Afin d’y répondre, le chercheur a créé des modèles informatiques pour comparer la mémoire des jeunes cerveaux avec celle des personnes plus âgées. Il a envoyé aux deux groupes la même dose d’informations à retenir puis a comparé le temps que mettait chaque individu à s’en souvenir. Comme prévu les seniors ont mis plus de temps à relater les informations. Mais Michael Ramscar en est convaincu : cela est dû à la quantité de choses qu’ils ont apprises et retenues depuis des années.

La connaissance compense la lenteur du cerveau

Denise Park, affiliée à l’Université du Texas (Dallas) partage l’avis du chercheur. « Quand nous vieillissons, nous accumulons des connaissances, nous avons un vocabulaire plus riche et nous connaissons mieux le monde qui nous entoure », assure-t-elle. La chercheuse ajoute cependant que nul ne peut nier que le cerveau se détériore avec l’âge, tout comme notre corps. Et parce qu’il vieillit, il fonctionne plus lentement. « C’est peut-être vrai que la connaissance ralentit le système, mais cela ne signifie pas que le système, à mesure qu’il vieillit, ne fonctionne pas plus lentement », tempère Denise Park. La vieillesse a une part de responsabilité sur le manque de vivacité de notre mémoire. « Je dirais que la quantité de connaissances enregistrés nous permet de compenser le ralentissement ».

Mathilde Bourge