Les urgentistes lèvent leur préavis de grève

Ce mardi matin, les médecins urgentistes ont mis fin à leur grève débutée hier. Le président de l'Amuf explique avoir trouvé un accord avec la ministre de la Santé Marisol Touraine.

0
1400
Les médecins urgentistes ont levé leur préavis de grève dès la deuxième journée de contestation. ©ShutterStock

Sitôt entamée, sitôt terminée. Ce mardi, l’Association des médecins urgentistes de France (Amuf) a annoncé la levée de son préavis de grève démarré lundi. Selon Patrick Pelloux, président de l’Amuf, la rencontre avec Marisol Touraine, ministre de la Santé, a abouti à un « accord historique ». « Même si on n’a pas tout obtenu, il nous semble que la reconnaissance du plancher de 39 heures et le déclenchement des heures supplémentaires à partir de ce plancher est un accord historique. Nous n’avons pas eu de progrès social depuis quatorze ans », rappelle P. Pelloux.

Pourquoi les médecins urgentistes faisaient grève ?

Lundi, les urgentistes avaient entamé une grève illimitée pour contester leurs conditions de travail et demander une semaine plafonner à 48 heures, comme l’impose la législation européenne. Ces professionnels de la santé réclamaient également la rémunération des heures supplémentaires au-delà de 39 heures de travail hebdomadaire ainsi que l’harmonisation des rémunérations pour les gardes. En effet, les médecins universitaires sont payés 200 euros de plus par garde effectuée que les praticiens hospitaliers. Si ce dernier point n’a pas été accordé par Marisol Touraine, Patrick Pelloux se dit tout de même satisfait de sa rencontre avec la ministre.

« La reconnaissance des 39 heures est déjà considérable […] cet accord permet de clarifier le temps de travail de tous les urgentistes. La France se met enfin en ordre de bataille pour répondre à la directive européenne », a-t-il ajouté. Certaines précisions restent toutefois à négocier, tel que le montant des rémunérations des heures supplémentaires qui sera établi grâce à un décret attendu pour avril 2015.

Le protocole d’accord convenu ce matin devrait entrer en vigueur le 1er janvier prochain. Aujourd’hui, les urgentistes redoutent les retombées dans leurs services de la grève des médecins généralistes, qui débute aujourd’hui jusqu’au 31.

Mathilde Bourge