Les vaches de Mc Donalds maltraitées – vidéo

Le Central Valley Meat Company, l'un des plus gros fournisseurs de viandes de boeuf des Etats-Unis, maltraite ses vaches. Parmi les clients de cet abattoir figure le fast-food Mc Donalds.

0
3291
Les vaches de Mc Donalds seraient extrêment mal traitées ©Visual PA

Vous voudriez devenir végétarien mais le fait de ne plus manger de viande du tout vous paraît impossible ? Voici une information qui pourra définitivement vous dégoûter de consommer du bœuf. Les vaches servant à fournir la majorité de la viande utilisée pour la fabrication des hamburgers de Mc Donalds seraient extrêmement mal traitées.

Ce scandale sanitaire a pu être dévoilé grâce à un enquêteur qui s’était infiltré dans les abattoirs du Central Valley Meat Company, en Californie (Etats-Unis). Pendant les mois de juillet et août 2012, cet homme, faisant parti d’une société de défense des animaux, s’est fait passer pour un employé lambda, sans oublier d’emporter sa caméra partout avec lui.

C’est la chaîne d’informations ABC, pendant l’émission World News with Diane Sawyer, qui a finalement fait éclater au grand jour le scandale. Dans le reportage, les animaux sont traités avec violence et certaines vaches, qui ne tiennent plus debout, sont trainées de force jusqu’à l’abattoir, ce qui est formellement interdit par la loi. En effet, depuis l’histoire de la vache folle, les autorités sanitaires sont très méfiantes. Mais cela ne semble visiblement pas inquiéter les employés, qui continuent leur travail comme si de rien n’était.

Le plus grave dans tout cela, c’est que la Central Valley Meat Company est un fournisseur très important aux Etats-Unis qui avait entre autre pour client la chaîne de fast food américaine « In-N-Out burgers ». Au lendemain de la diffusion du reportage, le 21 août, la société a d’ailleurs annoncé qu’elle résiliait son contrat avec l’abattoir, qui lui fournissait 20 à 30 % de sa viande de bœuf.

Si l’enseigne ne vous évoque pas grand-chose, en tant que Français, Mc Donalds vous parle sans doute beaucoup plus. Le fast-food faisait en effet parti des plus gros clients de l’exploitant, mais a également annoncé la rupture du contrat qui les liait. En revanche, la viande déjà achetée sera bel et bien cuisinée par le fast-food pour être revendue, jusqu’à épuisement des stocks.

De son côté, l’USDA, le ministère de l’Agriculture américain, également gros client de l’abattoir, a dénoncé les maltraitances inacceptables envers les animaux pratiquées par le Central Valley Meat Company. L’USDA, qui fournit les cantines du pays et certaines banques alimentaires communautaires, affirme cependant que malgré le traitement infligé à ces vaches, « rien [ne] pourrait compromettre la sécurité alimentaire ».

Brian Coelho, président de Central Valley Meat Company, s’est dit choqué par ces révélations « surprenantes et inquiétantes », d’autant plus que « ces abattoirs sont sous contrôle permanent des inspecteurs de l’USDA ». Le ministère, qui ne s’est toujours pas exprimé sur la question, devra pourtant se justifier. Affaire à suivre.

Ci-dessous les images rapportées par l’enquêteur qui, attention, peuvent choquer les plus sensibles.

Mathilde Bourge