Les voyages spatiaux seraient néfastes pour le cerveau

D’après une étude américaine, les longs voyages dans l’espace augmenteraient le risque de développement de la maladie d’Alzheimer.

0
1834
Les voyages spatiaux de longue durée favoriseraient le développement de la maladie d’Alzheimer. Une annonce qui inquiète la Nasa. Image d'illustration - Crédit photo : Nasa ©Sipa

Un voyage sur Mars. Derrière le rêve, se cache une réalité bien moins attrayante. Selon une étude publiée le 31 décembre dans la revue PlOS One, les voyages spatiaux de longue durée favoriseraient le développement de la maladie d’Alzheimer. Ces résultats préoccupent la Nasa.

Les voyages dans l’espace favoriseraient les pertes de mémoire

Pour parvenir à une telle conclusion, les chercheurs ont effectué différents test sur des souris témoins pour mieux connaître les risques auxquels s’exposent les astronautes face à ces radiations cosmiques. Les animaux qui ont été le plus exposés aux radiations ont souvent eu de mauvais résultats aux tests de mémoire. L’équipe de scientifique en a déduit qu’ils étaient victimes de dégénérescence neurologique, un phénomène normalement observé chez des souris plus âgées.

Autre constat : des signes d’altération vasculaire ont été perçus dans le cerveau de ces rongeurs, ainsi qu’une quantité anormalement importante de bêta amyloïde, une protéine qui entraîne la formation de plaques étouffant les neurones lorsqu’elle s’accumule, l’une des caractéristiques de la maladie d’Alzheimer.

Le problème c’est que ces particules néfastes pour le cerveau sont capables de pénétrer dans les parois protectrices des engins spatiaux, explique le Dr Kerry O’Banion, professeur de neurobiologie de l’université de Rochester (New York) et l’un des auteurs de l’étude (AFP).

La Nasa s’inquiète du lien entre voyage spatial et dégénérescence neurologique

« Les risques pour la santé d’une exposition aux radiations dans l’espace, tels que des cancers, sont connus depuis longtemps », rappelle le chercheur. « Mais cette dernière étude montre pour la première fois qu’être exposé à des niveaux de radiations équivalents à une mission vers Mars produirait des effets cognitifs néfastes et accéléreraient des changements dans le cerveau liés à la maladie d’Alzheimer », explique-t-il.

La Nasa s’inquiète de ces résultats. Car les moyens de se protéger des particules radioactives venant de l’espace restent actuellement très limités. Or, l’agence spatiale américaine souhaiterait envoyer des astronautes vers un astéroïde en 2021 et vers Mars, en 2035.

Lire aussi : Alzheimer, attention aux tranquillisants et aux somnifères

Damien Rigat