Leucémie : une petite fille en rémission grâce au virus du sida

Une fillette américaine atteinte de leucémie est actuellement en rémission grâce à un traitement utilisant le virus du sida. Un cas surprenant, présenté à l’occasion du congrès annuel des hématologues américains.

0
2519
Avant de rejoindre l’hôpital pour enfants de Philadelphie, la petite fille atteinte de leucémie avait rechuté deux fois, malgré les séances de chimiothérapies. ©ThinkStock

Elle s’appelle Emma. Âgée de seulement 7 ans, elle est atteinte depuis 2010 d’une leucémie aigüe lymphoblastique, l’un des cancers les plus répandus chez les enfants. Dans le cadre du congrès annuel des hématologues américains, à Atlanta, des chercheurs ont expliqué comment la jeune Américaine avait réussi à entrer en phase de rémission grâce à un traitement basé sur le virus du sida.

Traitement contre la leucémie : une forme modifiée de VIH intégrée aux cellules T

À l’origine de ce procédé novateur : une équipe de chercheurs de l’université de Pennsylvanie, menée par le Dr Carl June. Ils ont extrait de l’organisme d’Emma près d’un milliard de lymphocytes T (ou cellules T), des cellules immunitaires qui tentent d’éliminer les cellules défectueuses présentes dans le sang. Afin d’augmenter leurs capacités à combattre la maladie, les scientifiques les ont dotées d’un virus du sida (VIH) modifié.

Avant de rejoindre l’hôpital pour enfants de Philadelphie, Emma avait rechuté deux fois, malgré les séances de chimiothérapies.

Comment une maladie peut-elle en chasser une autre ? Tout simplement parce que le virus du sida n’a pas été intégré aux lymphocytes T sous sa forme maligne. Tous les éléments pouvant transmettre le sida à la petite fille avaient, bien entendu, été retirés du VIH utilisé pour le traitement. Autre manipulation : les chercheurs ont inscrit l’adresse des cellules cancéreuses au sein des cellules T, pour que ces dernières s’attaquent directement aux premières une fois de retour dans le sang de la fillette.

Traitement contre la leucémie : les prémices d’un vaccin ?

La leucémie aigüe lymphoblastique est actuellement traitée par la chimiothérapie – qui freine la prolifération anormale de certaines cellules du sang – et par la greffe de moelle osseuse. Des interventions délicates et difficiles à vivre pour le patient mais qui aboutissent aux résultats espérés dans plus de 4 cas sur 5 (pour les enfants). Le traitement présenté aux États-Unis, s’il s’avérait réellement efficace, serait une véritable révolution.

Cette thérapie génique a déjà été testée sur 8 adultes. Son efficacité a été prouvée pour 6 d’entre eux. Deux patients sont ainsi en rémission depuis deux ans. Les cellules T modifiées ont été conservées par leur organisme. Pas de guérison pour le moment mais l’espoir d’une protection plus longue, à la manière d’un vaccin.

Cécile David