“L’homme à l’arrêt” : nouveau héros des révoltes en Turquie

Après la violente évacuation du parc Gezi samedi soir, les manifestations pacifiques se multiplient en Turquie. Deux se sont fait particulièrement remarquer dans le pays : l’homme à l’arrêt et un pianiste allemand.

0
1308
Erdem Gunduz, surnommé l'homme à l'arrêt, manifeste pacifiquement contre le pouvoir turc. ©Sipa

Depuis fin mai, les manifestations contre le pouvoir se multiplient en Turquie. Alors que le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan a annoncé l’interdiction des rassemblements, les Turcs inventent de nouvelles façons d’agir.

L’homme à l’arrêt : une action pacifique en Turquie

Lundi soir à la tombée de la nuit, un homme est arrivé place Taksim à Istanbul, non loin du parc Gezi, symbole des contestations. Il s’est arrêté au milieu de la place et a commencé à observer l’immense portrait du fondateur de la Turquie moderne : Mustafa Kemal Atatürk.

Muet et immobile pendant des heures, son action pacifique et symbolique a tout d’abord intrigué, puis fasciné les passants. Ses amis empêchent les personnes de s’approcher de lui et le ravitaillent en eau et en nourriture. Une chaîne humaine s’est peu à peu formée pour l’encercler. La nouvelle s’est répandue sur les réseaux sociaux et les internautes ont manifesté leur soutien. Sur Twitter, on l’appelle #Duranadam, l’homme à l’arrêt.

L’homme à l’arrêt s’appelle Erdem Gunduz. C’est un chorégraphe d’Istanbul. Son objectif : rester debout un mois, en alternant 24 heures d’immobilité et 3 heures de repos, remplacé par un ami. Beaucoup ont souhaité l’imiter mais ses émules ont été arrêtées.

VIDEO – Reportage turc sur l’homme à l’arrêt

Evacuée par des unités antiémeute à coup de gaz lacrymogènes samedi dernier, la place Taksim est aujourd’hui gardée par des dizaines de policiers. Mercredi dernier, David Martello, un pianiste allemand, s’était installé sur la place pour apaiser les mœurs avec un peu de musique. Jeudi soir, il a joué 12 heures d’affilée.

VIDEO – David Martello sur la place Taksim à Istanbul

>Lire aussi : Sécurité : elle passe la douane avec le passeport… d’une licorne ! 

Charlotte Loisy