L’immunothérapie contre le cancer

De nouvelles études ont prouvé l'efficacité de l'immunothérapie contre les mélanomes. Ce type de traitement pourrait être utiliser pour lutter contre d'autres cancers.

0
1009
L'immunothérapie peut engendrer de la fièvre, une perte d'appétit ou encore une baisse des plaquettes. ©ShutterStock

L’immunothérapie a déjà prouvé son efficacité contre le mélanome, cancer agressif de la peau. Mais selon de nouvelles études, ce genre de traitement, qui stimule le système immunitaire du patient contre les cellules cancéreuses, pourrait également être envisagé comme traitement d’autres cancers.

Pour le prouver, trois essais cliniques ont été menés au cours de ces dernières années. Lors du premier, la moitié des 951 participants ont reçu un placebo. L’autre moitié a été soignée avec la molécule Yervoy, traitement approuvé en 2011 par l’Agence américaine des médicaments contre le mélanome inopérable. Cette molécule régule à la baisse le système immunitaire pour mieux lutter contre la maladie. Trois ans après le début de l’essai clinique, les chercheurs ont pu évaluer le taux de survie sans rechute. Le taux était de 46,5 % pour ceux traités avec Yervoy contre 34,8 % pour ceux traités avec des placebos. Il y a donc eu une réduction du risque de près de 25 % grâce à la molécule.

Le second essai clinique comprenait 411 participants atteints de cancer de la peau. Les chercheurs leur ont administré l’anticorps MK-3475 (Lambrolizumab) du laboratoire américain Merck. Cet anticorps bloque la protéine PD-1, qui concourt également à la suppression du système immunitaire. Dans ce groupe de personnes, le taux de survie était d’environ 69% et le cancer a répondu au traitement dans 34% des cas.

Les effets secondaires de l’immunothérapie

Lors du dernier essai, les chercheurs ont testé la combinaison de deux anticorps, Yervoy et Nivolumab, sur 94 patients. Le traitement leur a fait gagner 3 ans et demi de vie, soit le double des résultats obtenus lors des travaux précédents.

Si ces trois études sont basées sur le traitement du mélanome, les chercheurs estiment qu’à l’avenir, l’immunothérapie pourrait être envisagée contre d’autres types de cancers. Les médecins signalent toutefois que ce traitement présente de multiples effets secondaires, tels que de la fièvre, des courbatures, une perte d’appétit et de poids, une grande fatigue, une réaction dépressive, des troubles digestifs ou encore une baisse de plaquettes.

Mathilde Bourge