L’Islande veut interdire le porno sur internet

L’Islande pourrait prochainement interdire la pornographie sur internet. Le gouvernement s’inquiète notamment pour les enfants, exposés de plus en plus jeunes à des images sexuellement violentes.

0
2617
« Les recherches montrent que l’âge moyen d’un enfant qui voit du porno en ligne pour la première fois est de 11 ans en Islande et nous nous en inquiétons, a déclaré Halla Gunnarsdóttir, conseillère politique du ministre de l’Intérieur islandais, Ögmundur ©ThinkStock

Exit les films X sur la toile ! C’est ce que souhaiterait l’Islande, soutenue par des professionnels de l’éducation et de la santé. Une information rapportée le 13 février par The Telegraph.

Porno sur internet : l’Islande s’inquiète pour ses enfants

« Les recherches montrent que l’âge moyen d’un enfant qui voit du porno en ligne pour la première fois est de 11 ans en Islande et nous nous en inquiétons, a déclaré Halla Gunnarsdóttir, conseillère politique du ministre de l’Intérieur islandais, Ögmundur Jónasson. Le porno mainstream est devenu très brutal. »

Lire aussi : 88 % des photos postées par les jeunes se retrouvent sur un site porno

Cette décision fait suite à une consultation sur la pornographie. Une consultation qui avait permis d’avancer que la violence de certains films X pouvait être l’un des facteurs à l’origine des agressions sexuelles.

L’Islande souhaite interdire à ses citoyens l’achat de contenus X

Le gouvernement souhaite mettre en place un système de filtrage des sites classés pornographiques. Une mesure à laquelle pourrait s’ajouter l’interdiction d’acheter des contenus X par l’intermédiaire d’une carte de crédit islandaise.

Interrogé par The Guardian (article daté du 16 février), Hildur Fjóla Antonsdóttir, spécialiste de la question des genres à l’université d’Islande, précise que cette proposition consiste à « restreindre la définition du porno pour qu’elle ne prenne pas en considération toutes les productions sexuellement explicites mais plutôt les productions qui présentent l’acte sexuel de manière violente ou haineuse ».

Porno sur internet : vers une interdiction au Royaume-Uni ?

Le Dr Gail Dines, chercheuse à l’université Wheelock de Boston (États-Unis), pense que cette interdiction pourrait bientôt être appliquée au Royaume-Uni (The Guardian).

Côté français, Ségolène Royal s’était indignée, en 1999, de la diffusion de films pornographiques à la télévision, sans pour autant prôner la censure. Dans un rapport remis en 2012 à la secrétaire d’État à la Jeunesse et à la Vie associative, Jeannette Bougrab, le Dr Israël Nisand proposait de taxer les sites pornographiques et leurs fournisseurs et recommandait de rendre systématiquement payant l’accès aux images et vidéos X.

Note : l’impression et la distribution de magazines pornographiques est interdite en Islande (The Telegraph).

Cécile David