L’oeuvre de Delacroix restaurée

Dans la soirée du jeudi 7 février, une jeune femme a vandalisé le célèbre tableau "La liberté guidant le peuple", exposé au Louvre-Lens. Le musée a immédiatement porté plainte.

0
3755
La liberté guidant le peuple, Eugène Delacroix ©Sipa

Dernière minute : Plus de peur que de mal. «La Liberté guidant le peuple», tagguée au marqueur hier soir, a pu être restaurée. « L’intégrité de l’œuvre n’a en rien été atteinte, l’inscription étant superficielle et restée en surface du vernis sans atteindre la couche picturale», se réjouit la direction. L’auteure de ce vandalisme, qui avait « été immédiatement appréhendée par un agent de surveillance et un visiteur », est toujours en garde à vue.

Jeudi 7 février, une jeune femme a vandalisé le plus célèbre des tableaux de Delacroix, « La liberté guidant le peuple », au Louvre-Lens. Le musée, ouvert le 12 décembre dernier dans le Pas-de-Calais, connaît là son premier acte de vandalisme. Mais qui est cette « tagueuse » ? Qu’a-t-elle exactement fait ? Les dégâts sont-ils réversibles ? Réponses.

Qui a taggué l’œuvre de Delacroix ?

C’est une jeune femme de 28 ans qui, hier, peu avant la fermeture du musée, a vandalisé « La liberté guidant le peuple ». « Il s’agit d’un acte d’une personne considérée comme déséquilibrée, ayant des problèmes de maturité. Elle a voulu marquer le tableau « de sa marque » dit-elle », explique Guy Delacourt, député-maire de Lens, interrogé sur Europe 1.

Qu’a-t-elle écrit ?

Les gardiens du musée ne parviennent pas à déchiffrer le tag de la jeune femme, qui s’apparenterait à un gribouillis. L’inscription a été faite en bas à droite du tableau, en-dessous du jeune garçon qui a inspiré à Victor Hugo le personnage de Gavroche.

Est-ce irréversible ?

Selon les experts, les dégâts ne sont pas trop importants. D’après une expertise réalisée par le département des Peintures du musée du Louvre et une restauratrice spécialisée, l’œuvre devrait être remise en état assez facilement. Le tableau est en effet recouvert d’une épaisse couche de vernis qui sert à protéger les œuvres de tout désagrément. Une contre-expertise doit cependant avoir lieu aujourd’hui, pour observer le tableau de Delacroix à la lumière du jour.

La réputation du Louvre-Lens n’est pas remise en cause

Malgré cet imprévu, la direction du musée tient à rassurer le public : « Cet incident ne remet pas en cause la volonté de faire partager à tous les chefs-d’oeuvre du Louvre à Lens, qui a déjà accueilli 205 000 visiteurs depuis son ouverture. » Cet acte isolé ne devrait d’ailleurs pas empêcher l’accès au musée ce vendredi. Les amateurs d’art n’auront toutefois pas la chance de pouvoir admirer « La liberté guidant le peuple » jusqu’à sa restauration.

Suite à cet acte de vandalisme, le musée à porter plainte et le ministère de la Culture a demandé l’ouverture d’une enquête.

Mathilde Bourge