L’usage du cannabis thérapeutique autorisé à un malade

En début de semaine, la justice a autorisé à un homme, atteint de la maladie de Horton, l'usage du cannabis thérapeutique.

0
1684
Un homme atteint de la maladie de Horton est autorisé à fumer du cannabis de façon thérapeutique ©ThinkStock

« C’est un début pour tous les autres malades », s’est réjoui lundi Marc. Cet homme atteint de la maladie de Horton (dite la maladie du suicide) a été relaxé après avoir été accusé de consommer du cannabis. L’Avignonnais (Vaucluse) a obtenu l’autorisation du tribunal correctionnel de sa commune de fumer de façon thérapeutique.

« C’est génial, je l’espérais mais je ne m’y attendais pas », a réagi le patient dont les propos ont été rapportés par La Provence. Ce patient, malade depuis quinze ans, assurait que seul le cannabis parvenait à soulager ses crises et ses intenses douleurs. Marc ne s’était d’ailleurs jamais caché d’en fumer pour diminuer la conséquences de cette maladie inflammatoire des vaisseaux.

Cannabis thérapeutique : un espoir pour les malades

Ce n’est pas la première fois qu’un malade tente d’obtenir le droit de fumer pour des raisons thérapeutiques. Cependant, la réponse des juges n’est pas toujours positive. En juillet dernier, la cour d’appel de Besançon (Doubs) avait condamné un patient de 40 ans, atteint de myopathie, à une amende de 50 euros avec sursis. Depuis, Dominique Loumachi, malade depuis l’enfance, se bat pour la dépénalisation du cannabis thérapeutique en France. « Je suis écoeuré, avait-il déclaré suite à l’audience. Je ne suis pas un toxicomane, ni un dealer, je suis condamné par la maladie et j’ai juste envie de vivre. »

En juin dernier, le gouvernement a autorisé les médicaments à base de cannabis ou de ses dérivés. En gélules, spray ou infusions, ils peuvent désormais être délivrés en pharmacie sur ordonnance aux personnes souffrant de maladies graves, telles que le sida, le cancer ou la sclérose en plaques.

Mathilde Bourge