Maladies cardiaques : les femmes sous-diagnostiquées

Voilà une idée reçue dévastatrice. D’après des chercheurs américains, les femmes ne sont pas moins concernées par les maladies cardiaques que les hommes. Elles présentent même des risques de mortalité plus importants selon eux.

0
4239
Mal diagnostiquées, les femmes ont pourtant autant de chances d'être victimes de maladies cardiaques que les hommes. ©ThinkStock

Jusqu’ici, les études sur l’infarctus et sa prévention concernaient en majorité les hommes que l’on croyait plus sujets aux maladies cardiaques. Or, une étude vient de mettre en avant les caractéristiques particulières de ces maladies chez les femmes, qui seraient aussi vulnérables que les hommes.

Cette semaine, le Journal Global heart, la revue de la Fédération mondiale pour le cœur, publie le travail des chercheurs Kavita Sharma et Martha Gulati qui contredit en effet la théorie selon laquelle les femmes seraient moins touchées.

> Lire aussi : Les maladies cardiaques, première cause de mortalité dans le monde

Maladies cardiaques : des risques accrus chez les femmes ?

Selon eux, les facteurs de risque traditionnels d’infarctus sont les mêmes chez un homme ou chez une femme : prédisposition familiale, diabète, hypertension, tabagisme, sédentarité… Ce qui diffère, ce sont les risques encourus :

– l’obésité augmente le risque d’infarctus de 64 % chez une femme, contre 46 % pour un homme ;

– le diabète multiplie ce risque par un facteur de 3 à 7, contre 2 à 3 pour les hommes ;

– un parent au premier degré (père, mère, frère, sœur) victime d’une attaque cardiaque augmente davantage les risques chez une femme que chez un homme ;

– une femme âgée de moins de 50 ans ayant subi une attaque a 2 fois plus de risques de mourir qu’un homme dans la même situation ;

– une femme de plus de 65 ans ayant été victime d’une attaque a plus de probabilités de mourir dans l’année qui suit qu’un homme (42 % contre 24 % des hommes).

Maladies cardiaques : les femmes mal diagnostiquées

Les chercheurs ajoutent : « Ces dernières années, un ensemble d’études a montré que non seulement l’atteinte cardiaque a été sous-estimée chez les femmes, mais qu’en plus, cette pathologie se développait différemment chez les femmes par rapport aux hommes ».

L’imagerie montre que les femmes ont tendance à développer une altération des petites artères, atteignant la microcirculation, contrairement aux hommes.

À présent, il faut prendre en compte ces données et adapter les stratégies de diagnostic et les traitements en conséquence. « Pendant trop longtemps, les médecins ont cru que les maladies cardiaques étaient réservées aux hommes. Cette croyance est en train de s’effacer petit à petit. Mais il serait temps maintenant de définir des stratégies de diagnostic et de soins adaptées au sexe des patients », concluent-ils.

> Lire aussi : Crise cardiaque : les hommes devraient éviter de sauter le petit déjeuner

Thibaut Campion