Mariage homosexuel : les maires ruraux appliqueraient la loi

Les maires des campagnes françaises appliqueront la loi sur le mariage homosexuel si elle est votée. Ils ont annoncé, ce vendredi, être défavorables à la mise en place du « droit de conscience », permettant aux élus de ne pas célébrer l’union maritale de personnes de mêmes sexes.

0
2703
Les maires des campagnes françaises appliqueront la loi sur le mariage homosexuel si elle est votée. ©ThinkStock

L’Association des maires ruraux de France (AMRF) s’oppose au « droit de conscience » qui permettrait aux maires de ne pas célébrer de mariages homosexuels s’ils le désirent. Ainsi, elle annonce que les maires des campagnes françaises appliqueront la loi si elle est votée par l’Assemblée nationale en janvier 2013.

« Les maires, compte tenu de leur fonction, sont aussi officiers de l’État civil et au-delà de leur opinion personnelle, se doivent d’appliquer la loi », explique l’AMRF dans un communiqué. L’association précise qu’elle « ne peut donc souscrire à l’idée du recours à un droit de conscience qui permettrait à celui-ci de s’exonérer de la loi ».

En ce qui concerne le projet de loi, L’ARMF « estime qu’elle n’a pas à prendre de position particulière ».

L’association déclare, par ailleurs, rassembler « près de 10 000 maires » de communes de moins de 3 500 habitants.

Le mariage homosexuel n’en finit pas de diviser les maires de France. Au début du mois d’octobre, le Collectif des maires pour l’enfance a demandé l’instauration d’une « clause de conscience » pour que les élus puissent refuser de célébrer l’union d’homosexuels.

Pour aller plus loin : voir l’article « Un maire pourra-t-il refuser de célébrer un mariage homosexuel ? »

Cécile David