Mariage pour tous : les députés adoptent la loi

Après dix jours de débat, les députés devront se prononcer sur le projet de loi sur le mariage gay. Malgré les manifestations et les élus contre, la promesse de campagne de François Hollande devrait passer sans trop de difficulté.

0
2439

Dernière minute : Cet après-midi, les députés ont adopté le texte ouvrant le mariage aux couples homosexuels, par 329 voix contre 229. Sans grande surprise, la majorité des élus de gauche se sont prononcés en faveur du projet, quand les députés de droite ont voté contre. Pour la suite, la loi sera examinée au Sénat, à partir du 2 avril prochain. Si tout se passe sans encombre, le texte devra finalement être validé dans les 15 jours par François Hollande, qui le promulguera par sa simple signature.

Après 110 heures d’un débat houleux à l’Assemblée nationale, c’est ce mardi après-midi que sera votée la loi du « mariage pour tous ». Il aura fallu dix jours pour décortiquer les 4 999 amendements devant l’hémicycle et enfin en découdre.

Si rien n’est jamais joué d’avance, la promesse n° 31 de la campagne de François Hollande devrait passer sans trop de difficulté. L’UMP, qui a déjà annoncé de 10 à 15 % d’abstention, et les manifestations des « antis » ne semblent pas inquiéter la gauche, qui dispose d’une large majorité. Si tout se passe comme prévu, le texte sera présenté aux alentours du 18 mars devant le Sénat.

Mariage gay : qui votera pour ?

Du côté UMP, seuls deux députés se sont ouvertement déclarés en faveur de l’ouverture au mariage pour tous. Il s’agit de Franck Riester et Benoist Apparu. Trois députés du même camp, dont Nathalie Kosciosko-Morizet, ont annoncé qu’ils s’abstiendraient. « Christiane Taubira a du talent, elle a un côté tribun très théâtral. C’est agréable d’avoir ce débat dans l’hémicycle avec des gens qui ont un tel talent oratoire, admet l’ancienne ministre de l’Ecologie. Mais au-delà du talent oratoire, on attend des choses claires ». La députée-maire de Longjumeau a dénoncé ce mardi matin sur RTL un « flou entretenu » par le gouvernement sur la GPA (gestation pour autrui) et la PMA (procréation médicalement assistée). Sans ça, « j’aurais sans doute voté en faveur du texte », a-t-elle lancé. Hier, Christiane Taubira s’est d’ailleurs directement adressée à l’ancienne ministre de l’Ecologie, lui demandant de ne pas s’abstenir.

Edouard Philippe et Pierre Lellouche, rejoignent les idées de Nathalie Kosciusko-Morizet. « Je respecte la liberté de deux adultes de même sexe, liés par des sentiments amoureux, de construire leur vie ensemble et de voir leur union pleinement reconnue par la société », a notamment admis sur son blog l’ancien secrétaire d’Etat aux affaires européennes. « Je confesse que sur ce point, j’ai personnellement évolué au fil de ces dernières années, comme d’ailleurs beaucoup de nos concitoyens », a-t-il ajouté.

Chez les centristes de l’UDI, cinq députés devraient voter en faveur du texte, dont Jean-Louis Borloo, Yves Jégo et Jean-Christophe Lagarde.

Des élus de gauche contre

Si la plupart des partisans de gauche se prononceront pour le projet de loi, certains élus ne veulent pas se ranger derrière Christiane Taubira. Après Bruno Nestor Azérot (GDR, Martinique) qui a affirmé son opposition au projet dès les premières heures de discussion, d’autres députés d’outre-mer pourraient suivre: Gabriel Serville (GDR, Guyane) et Alfred Marie-Jeanne (GDR, Martinique) ont d’ores déjà indiqué qu’ils ne voteraient pas le texte. Serge Letchimy (apparenté PS, Martinique) a lui réservé sa décision à mardi.

Certains adopteront la tactique de la « chaise vide », autrement dit être absent et éviter le vote.

Mathilde Bourge