Mariage pour tous : Taubira demande à NKM de ne pas s’abstenir

La garde des Sceaux, Christiane Taubira, a appelé Nathalie Kosciusko-Morizet à ne pas s’abstenir lors du vote qui aura lieu mardi sur le mariage pour tous.

0
10174
Mariage pour tous : la ministre de la Justice, Christiane Taubira, demande à l'ensemble des élus de venir voter le mardi 12 février. ©Sipa

Après deux semaines de débat parlementaire agité, le projet de loi sur le mariage pour tous sera soumis au vote de l’Assemblée nationale le 12 février. Les députés UMP Édouard Philippe (Seine-Maritime) et Nathalie Kosciusko-Morizet (Essonne) ont annoncé publiquement qu’ils s’abstiendraient. Une annonce à laquelle a immédiatement réagi la ministre de la Justice, Christiane Taubira, en demandant aux élus de voter le texte, par l’intermédiaire d’une « adresse à Nathalie » publiée sur son blog le 9 février.

Malgré cet appel gouvernemental, la députée de l’Essonne campe sur sa position.

Christiane Taubira invite tous les élus à voter

La garde de Sceaux précise qu’elle ne s’adresse pas uniquement à la députée-maire de Longjumeau (Essonne) mais à l’ensemble des élus souhaitant s’abstenir. « Vous le savez, je ne vous appelle pas à la rescousse. Ce texte sera voté (…) Je vous appelle à vous-même », précise la ministre.

« Dans l’immédiat et plus tard, chacun pourra expliquer un vote pour, un vote contre, a-t-elle déclaré. Par le temps qui passe, l’abstention, sur un sujet de société majeur, s’obstine toujours à demeurer énigmatique ou se prête aux plus fantaisistes interprétations ».

NKM et Édouard Philippe reprochent au gouvernement de renforcer les clivages

Dans une tribune publiée le 11 février sur le site du Huffington Post, Nathalie Kosciusko-Morizet et Édouard Philippe ont expliqué, avant la diffusion de la lettre de Christiane Taubira, qu’ils pourraient voter le texte. Ils se disent ainsi favorable au mariage de couples de même sexe et à l’adoption mais estiment que « l’adoption plénière, autorisée par le texte, [les] engage sur une voie qui n’est ni nécessaire ni raisonnable ».

Les deux élus reprochent au gouvernement d’avoir joué la carte de la division : « [Il] a choisi de cliver par calcul politique. Pour se donner, à peu de frais, l’impression de rejouer de vraies réformes de fond : l’abolition de la peine de mort sous Mitterrand ou la légalisation de l’IVG sous Giscard d’Estaing. »

Lire aussi : notre dossier sur le mariage pour tous

Seuls Nathalie Kosciusko-Morizet et Édouard Philippe ont annoncé qu’ils s’abstiendraient. Le président du groupe à l’Assemblée, Christian Jacob, estime que 10 à 15 % des élus de son camp pourraient s’abstenir. Deux députés UMP, Franck Riester et Benoist Apparu, et trois élus UDI ont déclaré qu’ils voteraient en faveur du texte.

Cécile David