Mars : la Nasa teste une soucoupe volante

La Nasa vient de tester une sorte de soucoupe volante destinée à envoyer, un jour, des hommes sur Mars. Malgré un petit échec au niveau du parachute, l'agence spatiale américaine est plutôt satisfaite par ce premier essai.

0
1103
Il y a eu un problème au niveau du parachute mais, globalement, l'essai s'est passé comme prévu. - crédit photo : NASA-JPL-Caltech ©DR

L’homme posera-t-il un pied sur Mars dans un futur proche ? C’est le rêve de la Nasa, qui a testé le 28 juin l’envoi d’une soucoupe volante dans la haute atmosphère. L’engin pourrait permettre d’envoyer des astronautes sur la planète rouge. L’expérience a partiellement échoué mais l’agence spatiale américaine positive (AFP).

La soucoupe de la Nasa a atteint 4 651 km/h

Le vaisseau, baptisé par la Nasa « Low-Density Supersonic Decelerator » (LDSD), a décollé samedi depuis la base militaire de Kauai (Hawaï), à l’aide d’un immense ballon gonflé à l’hélium ( 34 mètres de diamètre). Après deux heures et demi d’ascension, le ballon a atteint son objectif : 36 600 mètres d’altitude. Environ quinze minutes plus tard, il a lâché la soucoupe. Le moteur du vaisseau s’est allumé pour le faire grimper à 54 900 mètres au-dessus de nos têtes. L’engin a atteint la vitesse de 4 651 km/h (près de quatre fois la vitesse du son). Puis, le ralentisseur supersonique (le Supersonic Inflatable Aerodynamic Decelerator – SIAD) est sorti comme prévu pour ralentir l’engin avant la descente (3 060 km/h).

Le parachute a mal fonctionné mais la Nasa reste satisfaite

Petit problème : il y a eu un dysfonctionnement du parachute. « [Il] s’est ouvert mais il ne s’est pas complètement déployé », a expliqué Dan Coatta, un ingénieur au Jet Propulsion Laboratory de Pasadena (Californie), interrogé sur la télévision de la Nasa. Si tout s’était déroulé sans encombre, il aurait dû permette au LSDS d’amerrir dans l’océan Pacifique quarante minutes après son largage.

Malgré ce couac, la Nasa est plutôt satisfaite par ce premier essai, qui a coûté 150 millions de dollars (environ 110 millions d’euros). «  N’oubliez pas que les objectifs de cette expérience étaient de gonfler le ballon, de le lancer, de l’amener jusqu’à la bonne altitude, de déployer le LSDS et d’allumer son moteur de fusée pour atteindre la vitesse prévue », a précisé Dan Coatta.

Le premier test est plutôt réussi :


© NASA Propulsion Laboratory

Sur le même thème :

Lire aussi : La Nasa présente son nouveau vaisseau façon Star Trek

Lire aussi : L’Homme n’est pas près de poser le pied sur Mars

Cécile David