Mars One : 200 000 personnes prêtes à quitter la Terre pour toujours

La société Mars One a déjà reçu plus de 200 000 candidatures pour son projet fou : envoyer des humains sur Mars, sans possibilité de retour sur Terre. Malgré l’engouement suscité, la mission reste pour l’instant de l’ordre de la science-fiction.

0
2053
Mars One : une vingtaine de personnes seront retenues pour coloniser la planète rouge. - crédit photo : Mars One ©DR

202 586. C’est le nombre exact de personnes ayant déjà postulé pour Mars One, une émission de télé-réalité futuriste consistant à coloniser la planète Mars pour une durée indéterminée, sans retour sur Terre. La sélection se fera au fil des années, pour un départ annoncé courant 2023. Pour l’heure, la mission n’en est qu’à ses balbutiements.

Mars One, un projet fou qui attire

Les volontaires sont originaires de 140 pays différents. Les plus nombreux sont les États-Uniens (24 %), les Indiens (10 %) et les Chinois (6 %), mais on compte aussi parmi les candidats des Canadiens, des Mexicains, des Argentins, des Chiliens, des Australiens, des Turcs, des Russes, des Polonais, des Italiens, des Allemands, des Espagnols… et des Français. Une vingtaine d’entre eux seulement seront retenus pour l’ultime étape.

> Lire aussi : Télé-réalité sur Mars : Thibault, 27 ans, rêve « d’entrer dans l’Histoire »

La sélection se fera en trois temps au cours des deux prochaines années. « D’ici 2015, entre six et dix équipes de quatre personnes subiront un entraînement complet », précise la société Mars One (AFP). Puis, l’un de ces groupes aura la chance (?) de décrocher un aller simple pour la planète rouge.

Mars One : et si on allait trop loin ?

Si certains s’interrogent sur la faisabilité de cette mission surréaliste – dont le coût est estimé à 6 milliards de dollars -, d’autres soutiennent l’initiative, comme le Nobel de physique 1999, Gerard’t Hooft. Parmi les obstacles auxquels devra se confronter la société organisatrice : le moyen de transport. Aucune fusée ou capsule n’est pour l’instant susceptible d’accueillir les membres de la mission Mars One.

En outre, si le projet est attrayant, il est aussi inquiétant. Une fois sur Mars, les candidats devront se débrouiller pour trouver de l’eau, cultiver leur nourriture et produire leur oxygène. Se pose également une question éthique : est-il humainement acceptable d’envoyer des cobayes sur la planète Mars, sans possibilité de retour sur Terre ?

> Lire aussi : Offrez-vous un aller-retour pour la Lune

Cécile David