Médaille Fields : la parité scientifique ?

C’est une première dans le monde très fermé des mathématiques. Une femme, du nom de Myriam Mirzakhani, a reçu la médaille Fields mardi 12 août. Un prix partagé avec trois autres lauréats, dont un Français.

0
1440
La médaille de Fields décerné à une femme a son effet sur la communauté scientifique, et sur l'idée que l'opinion publique se fait des mathématiques en général. ©ShutterStock

Les réactions ne vont pas tarder à se faire entendre. Presque quatre-vingt ans après sa création, Myriam Mirzakhani est la première femme mathématicienne à se voir décerner la médaille Fields. Cette Américaine d’origine iranienne, et professeur à l’université de Stanford en Californie, devient la première lauréate du prix.

Les mathématiques une discipline adaptée aux filles

Avant elle, n’y avait eu que des hommes – 52 en tout – pour prétendre à la récompense la plus prestigieuse dans le domaine des mathématiques et se voir doter de 10 000 euros. Mais Myriam Mirzakhani n’est pas la seule gagnante du prix, elle le partage cette année avec trois autres mathématiciens dont un français d’origine brésilienne, Arthur Avila, directeur du CNRS.

La médaille Fields décerné à une femme a son effet sur la communauté scientifique, et sur l’idée que l’opinion publique se fait des mathématiques en général. « Nous sommes évidemment ravies lorsqu’une femme obtient une distinction importante car elle devient un modèle à suivre, condition essentielle pour que les jeunes filles envisagent certaines orientations » explique Laurence Broze, professeur à l’université de Lille III Charles de Gaule, pour qui le nombre de femmes mathématiciennes est trop faible. On sait désormais, avec Myriam Mirzakhani spécialiste de géométrie des formes inhabituelles, que les mathématiques sont une discipline adaptée aux filles.

Médaille Fields : être âgé de moins de 40 ans

Et puisqu’on parle de sciences : saviez-vous qu’il n’y avait pas de Prix Nobel de mathématiques ? Une histoire de jalousie pour certains, un simple oubli de la part d’Alfred Nobel pour d’autres. Le tout étant que, pour palier à ce manque John Charles Fields, un mathématicien canadien, crée en 1936 le prix de la médaille Fields. Un équivalent, du Prix Nobel, avec « une récompense comparable ».

Mais il y a une condition sine qua non pour y prétendre : être âgé de moins de 40 ans. Car contrairement au Prix Nobel qui récompense souvent l’ensemble de l’œuvre d’un scientifique, la médaille Fields elle est là pour encourager de nouveaux efforts et travaux. Et pour ça, il faut du temps devant soi.

Sur le même sujet

Lire aussi : Le boson de Higgs c’est quoi ?

Lire aussi : Big Bang : les toutes premières secousses observées

Laurie Ferrère