Médecines douces : gare aux dérives sectaires

Ils vous promettent bien-être et santé en dénigrant la médecine traditionnelle et s’arrangent pour avoir une emprise totale sur vous. Repérez ces charlatans qui peuvent vous mettre en danger de mort.

0
1330
Médecines douces : gare aux dérives sectaires ©ShutterStock

Les adeptes des médecines dites douces ou alternatives sont de plus en plus nombreux. Depuis une vingtaine d’années, la défiance à l’égard de la médecine allopathique s’est installée, poussant les patients à préférer parfois les conseils de leur naturopathe à ceux de leur médecin traitant. Avec, à la clé, des dérives sectaires comme le souligne la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes). Elle estime qu’aujourd’hui en France, quatre personnes sur dix ont recours aux médecines parallèles, dont 60% sont des personnes atteintes d’un cancer.

Dans le même temps, on recense 400 pratiques non conventionnelles, c’est-à-dire qui ne sont pas reconnues par les autorités médicales, 1 800 structures d’enseignement ou de formation bidon, 4 000 psychothérapeutes autoproclamés ni formés ni inscrits à un quelconque ordre professionnel, 200 bio-décodeurs qui considèrent que chaque maladie est le reflet d’un problème émotionnel,
 800 kinésiologues et… 3 000 médecins en lien avec une mouvance sectaire ! Quatre signalements d’embrigadement sectaire sur dix aujourd’hui relèvent d’une pratique médicale abusive.

Nouveaux charlatans

Ces nouveaux charlatans se font connaître par le bouche-à-oreille, les salons bien-être et médecines douces, les forums sur Internet ou dans la rue via des flyers. Pour les reconnaître, il faut tendre l’oreille. Ils dénigrent très vite la médecine classique et invitent à arrêter les traitements allopathiques y compris dans les cas de maladies gravissimes comme le cancer. Ils promettent une guérison miracle et proposent souvent une seule technique pour une prise en charge globale du corps, du mental et d’un ensemble de diverses pathologies.

Leur explication du monde est simple et ils utilisent des termes pseudoscientifiques. Une séance découverte gratuite peut précéder
la prescription de plusieurs séances, chèrement payables à l’avance. Attention aux stages et autres séminaires où vous serez captifs et deviendrez des proies faciles au lavage de cerveau. Comme dans toute dérive sectaire, la rupture avec les proches en général et la famille en particulier est souvent préconisée comme faisant partie de la thérapie. Il faudrait s’éloigner de toutes ces personnes forcément toxiques…

Parents en détresse

Les adultes en quête de bien-être ou de guérisons ne sont pas les seules cibles de ces dangereux gourous, les parents d’enfants à problèmes, qu’ils soient surdoués, autistes, hyperactifs ou en échec scolaire sont des proies faciles. On leur propose du « channeling » pour entrer en contact avec l’entité de l’au-delà qui nuit à l’enfant ; on décrète que tel enfant est un « enfant indigo », c’est-à-dire doté d’une aura bleu indigo, l’aura exceptionnelle des surhommes ou des petits dieux ; on prétend que tel enfant pourtant muré dans le silence s’exprime par des moyens tout autres et on tourne en dérision la psychiatrie. Derrière ces pratiques, des structures ayant parfois des ramifications à l’étranger ou aussi un gourou entouré d’une petite poignée d’adeptes.

Pour ne pas tomber dans ce piège, il faut garder à l’esprit qu’une personne censée ne vous incitera jamais à arrêter un traitement qui a fait ses preuves et que personne ne doit faire pression d’une manière ou d’une autre sur vous ou vos proches afin d’obtenir un changement radical de mode de vie. Au moindre doute, il est important de se rapprocher de la Miviludes qui vous orientera vers la structure adaptée la plus proche de chez vous !

Lire aussi : EMDR, la nouvelle thérapie qui libère

Alexandra Da Rocha