Médecins généralistes : 31 euros la consultation au lieu de 23 ?

Après trois semaines de grève, le syndicat des médecins généralistes Unof-CSMF ne lâche rien. Il souhaite désormais faire passer la consultation à 31 euros, au lieu de 23 actuellement. Une provocation pour faire réagir la ministre de la Santé ?

0
1932
En dehors de la bataille autour du prix de la consultation, les médecins généralistes continuent de s'opposer à la généralisation du tiers payant, l'une des principales mesures du projet de loi santé. - crédit photo : Pressmaster ©ShutterStock

Les tensions sont loin d’être apaisées entre les médecins et la ministre de la Santé, Marisol Touraine. Voilà trois semaines que les premiers sont en grève. Trois semaines durant lesquelles aucun accord n’a pu être trouvé entre les deux parties. Pour attirer une nouvelle fois l’attention de la ministre, le syndicat des généralistes Unof-CSMF (Union nationale des omnipraticiens de la Confédération des syndicats médicaux français) demande de faire passer de 23 à 31 euros le tarif de la consultation.

Marisol Touraine agace les généralistes

Fin 2014, Marisol Touraine s’était fermement opposée à l’augmentation de deux euros du tarif de la consultation des généralistes, réclamée par les syndicats pour s’aligner sur les spécialistes (25 euros le rendez-vous). Pour justifier son refus, elle a récemment expliqué que si le patient paye 23 euros, le médecin touche en fait 31,40 euros par acte puisque l’Assurance maladie paye des rémunérations annexes et une parties des charges sociales.

Agacés par ces propos, les médecins ont décidé d’aller plus loin dans leurs revendications. « Il ne faut pas nous prendre pour des imbéciles, lance Luc Duquesnel, président d’Unof-CSMF (Le Figaro). Nous demandons la suppression de tous les forfaits et de la rémunération sur objectifs de santé publique pour porter l’acte à 31 euros. L’Assurance maladie réalisera même ainsi une économie de 40 centimes par acte ! »

Consultation à 31 euros : tous les médecins ne sont pas d’accord

Mais tous les grévistes ne tiennent pas le même discours. « C’est un mauvais calcul, estime Claude Leicher, président de MG France, premier syndicats chez les généralistes. Les forfaits servent à nous rémunérer pour des tâches réalisées quand nous ne voyons pas le patient. Si on les supprime, alors nous y perdrons, sauf si nous nous mettons à travailler encore plus. » MG France est néanmoins favorable à la consultation à 25 euros.

En dehors de la bataille autour du prix de la consultation, les syndicats continuent de s’opposer à la généralisation du tiers payant, l’une des principales mesures du projet de loi santé. Pour faire pression, ils entendent poursuivre leur boycott de la carte vitale afin d’engorger la partie administrative de la Sécurité sociale.

Le projet de loi décrié devrait être examiné au cours du mois de février par la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale.

Lire aussi :

Les urgentistes lèvent leur préavis de grève

Un médecin traitant pour les enfants

Damien Rigat