Mediator : 86 % des dossiers de victimes jugés

Retournement de situation dans l'affaire du Mediator. 86 % des dossiers de victimes ont été retoqués par les experts du ministère de la Santé.

0
1278
86 % des dossiers de victimes du Mediator ont été retoqués par les experts du ministère de la Santé ©Sipa

Désenchantement chez les victimes du Mediator. A priori, la plupart d’entre elles ne seront pas indemnisées, révèle Le Parisien. Près de 86 % des dossiers des plaignants ont été jugés « irrecevables » par les experts de l’Oniam (Office national d’indemnisation des accidents médicaux), l’organisme dépendant du ministère de la Santé, chargé d’examiner chaque cas. Ces médecins n’auraient pas trouvé de lien de causalité entre la prise de Mediator et les problèmes de santé de ces patients.

Mediator : des effets néfastes limités

Sur les 831 dossiers passés entre les mains des experts de l’Oniam, depuis septembre 2011, « seuls » 112 ont été jugés recevables. Et, à chaque fois, l’implication directe de l’antidiabétique des laboratoires Servier dans les problèmes de santé du plaignant serait limitée à 5 à 10 %. « Ces données confirment que le risque de problème valvulaire lié à la prise du Mediator est rare et que, lorsqu’il y a un effet, il est peu important dans la majorité des cas », se satisfait Lucy Vincent, la porte-parole de Servier, citée par le quotidien.

Mediator : trop tôt pour établir un bilan

Du côté de l’Oniam, les propos sont plus prudents. Il reste, aux experts, plusieurs milliers de dossiers à examiner. « Il est donc trop tôt pour établir un bilan. Il est vrai cependant que la situation est plus compliquée que prévu », déclare Eric Rance, le directeur de l’Oniam.

Le Mediator, un antidiabétique souvent prescrit comme coupe-faim au cours des dernières décennies, est accusé d’avoir provoqué des problèmes cardiaques chez des milliers de patients et la mort de 500 d’entre eux.

Thomas Levy