Mediator : 95 % des demandes d’indemnisation rejetées

Le collège d’experts chargé d’étudier les demandes d’indemnisation des victimes du Mediator n’a reconnu la responsabilité de Servier que dans 68 dossiers, sur les 1 493 déjà examinés.

0
1879
Sur les 1 493 demandes d’indemnisation traitées, les experts ont rendu un avis favorable pour seulement 68 d’entre elles. ©Sipa

Rage et déception chez les victimes du Mediator. Le collège d’experts nommé par le gouvernement en septembre 2011 pour étudier les demandes d’indemnisation a rejeté 95 % des dossiers déjà examinés, selon des informations exclusives de 20 Minutes.

Ces experts, placés sous l’égide de l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (Oniam), analysent une centaine de cas chaque semaine. À ce rythme, seuls 1 493 dossiers, sur les 7 721 reçus, ont pu être étudiés pour le moment. « Je suis très en colère du retard pris, confie Dominique Courtois, président de l’Association d’aide aux victimes du Médiator (Avim), au quotidien. Mais surtout des conclusions du collège… »

Mediator : les experts se contredisent

Sur ces 1 493 demandes d’indemnisation traitées, les experts ont rendu un avis favorable pour seulement 68 d’entre elles. Ce qui signifie que pour les 95 % restants, la responsabilité du laboratoire Servier n’a pas été reconnue. « Chez certains patients, on se retrouve avec des situations totalement contradictoires, regrette Dominique Courtois, président de l’Association d’aide aux victimes du Médiator (Avim) cité par le site. Les experts judiciaires qui ont examiné les victimes reconnaissent la responsabilité du Mediator. Mais pas le collège d’experts qui se prononce uniquement à partir du dossier médical ».

Car c’est bien là le cœur du problème. Les méthodes d’analyse du préjudice subi ont évolué entre les deux étapes d’expertise. « Quelques très rares patients se sont vus refuser une indemnisation alors qu’ils pourraient y prétendre aujourd’hui », avance Erik Rance, le directeur de l’Oniam. Et inversement. Réexaminer les dossiers une ultime fois ? « On voudrait bien le faire mais le décret actuel ne le permet pas », regrette-t-il. Seule une intervention de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, pourrait faire évoluer la situation.

Lire aussi : Affaire Servier : les coulisses du « Merdiator »

Mediator : 7 000 à 40 000 euros d’indemnisation

Quant aux 68 victimes reconnues comme telles, elles recevront, de la part de Servier, des indemnisations allant de 7 000 à 40 000 euros. « Servier ne retient ni le préjudice d’angoisse, ni le préjudice économique en cas de perte d’emploi », déplore Dominique Courtois. Pour cette raison, certaines pourraient refuser le montant proposé et tenter d’obtenir davantage, en négociant directement avec le laboratoire.

Thomas Levy