Médicaments : Alerte sur le Pradaxa

Après le Mediator, c’est au tour du Pradaxa d’être soupçonné dangereux. Des médecins biologistes ont écrit à la ministre de la Santé au sujet de ce nouvel anticoagulant oral pouvant parfois être fatal aux patients.

0
1460
Le Pradaxa est un anticoagulant oral prescrit contre la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins. ©ThinkStock

La ministre de la Santé Marisol Touraine vient d’être interpellée par des médecins biologistes au sujet d’un anticoagulant oral, le Pradaxa. D’après le syndicat des jeunes biologistes médicaux, un scandale comparable au Mediator se profilerait à l’horizon.

Pradaxa : un million de Français concernés

Un million de Français seraient potentiellement concernés par l’affaire. Utilisé pour empêcher la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins, le Pradaxa est un médicament nouvelle génération.

Prescrit contre les problèmes de coagulation (infarctus, AVC, embolies…), il est apparu en France il y a cinq ans pour remplacer le Previscan. Ce médicament nécessitait un suivi important, c’est-à-dire une prise de sang toutes les deux semaines.

Pradaxa : pas d’antidote

Dans leur lettre, les biologistes expliquent que le Pradaxa n’est pas sans risque. L’issue peut parfois être fatale. En effet, les deux molécules peuvent provoquer des hémorragies internes mais contrairement au Previscan, le Pradaxa n’a pas d’antidote à injecter d’urgence.

Les médecins soupçonnent un intérêt économique à tout cela. Le Previscan ne coûtait que 12,50 euros par mois, contre 76 pour le Pradaxa, une motivation pour certaines firmes pharmaceutiques incitant les médecins à le prescrire.

L’Agence nationale du médicament (Ansm) vient d’envoyer un courrier aux médecins pour les mettre en garde contre les effets indésirables de ces nouveaux anticoagulants oraux. 

> Lire aussi : SMR : l’efficacité des médicaments bientôt affichée sur les boîtes

Charlotte Loisy