Médicaments : les Français ont moins confiance

La confiance des Français vis-à-vis des médicaments est en baisse par rapport à l'an dernier (- 12 points), bien qu'elle reste importante. La population réclame davantage de transparence.

0
5236
Seules 45 % des personnes interrogées estime être bien informées sur les effets secondaires des médicaments. - crédit photo : Creatas Images ©ThinkStock

La majorité des Français (75 %) a confiance dans les médicaments, mais ils sont de moins en moins nombreux à partager ce sentiment. Selon une étude* réalisée par Ipsos pour les Entreprises du médicament (Leem), la défiance vis-à-vis de ce secteur est passé de 13 % (2013) à 25 % cette année. Une progression a prendre au sérieux puisque, jusqu’ici, le taux de confiance avait plutôt tendance à évoluer positivement : 82 % en 2011, 84 % en 2012 et 87 % en 2013.

Médicaments : les Français estiment qu’ils ne sont pas assez informés

« C’est une alerte importante, estime Brice Teinturier, directeur général délégué d’Ipsos (AFP). Même dans un univers où il y a de l’efficacité qui renforce la légitimité du produit, il commence à y avoir un certain nombre de doute. » La baisse de confiance est générale. Les auteurs de l’étude mettent en avant un recul de huit points par rapport à 2013 concernant les médicaments remboursés, de six points pour les vaccins et de cinq points au niveau des médicaments sur ordonnance.

La population pointe du doigt un manque d’information global. Seules 45 % des personnes interrogées estiment être bien informées sur les effets secondaires, 31 % sur la qualités des médicaments et uniquement 24 % sur leur sécurité. Ce qui les préoccupe avant tout ce sont les effets secondaires (71 % les citent) et les contre-indications (58 %).

Médicaments : vers plus de transparence ?

Philippe Lamoureux, le directeur général du Leem, prend « très au sérieux le signal qu’envoie cet observatoire 2014 ». Il note que la confiance reste tout de même « à un niveau particulièrement élevé » mais a conscience qu’il est nécessaire « de ne pas pas laisser [la] défiance s’installer ». Afin de regagner la confiance de la population, le Leem envisage de centrer son énergie sur la transparence, les comportements responsables et « la remise en avant de la notion de bénéfice pour le patient ».

* L’étude a été réalisée sur internet entre le 24 février et le 3 mars 2014 auprès d’un échantillon représentatif de la population nationale de 1 017 personnes âgées de 18 ans et plus.

Sur le même thème :

Lire aussi : Nouvelle liste noire de 68 médicaments

Lire aussi : Les Français recyclent les médicaments non utilisés 

Damien Rigat