Méningite B : bientôt un vaccin efficace ?

Une équipe de chercheurs a peut-être trouvé LE vaccin efficace contre la méningite B. Des tests doivent encore être effectués, mais les recherches sont en très bonne voie.

0
2627
Méningite B : bientôt un vaccin efficace ? ©ThinkStock

La méningite B est la plus virulente des méningites. En 2010, elle a touché en France 364 personnes, avec un taux de mortalité élevé, de 10,7%.

Depuis longtemps, les chercheurs tentent de trouver un vaccin contre cette maladie qui sévit surtout en Europe et en Amérique du Nord. Une étude test, menée en Australie, Espagne et Pologne, sur 539 adolescents, population la plus à risque avec les nourrissons, apporte un nouvel espoir dans la recherche.

Jusqu’à présent, seules les méningites de types A et C avaient un vaccin. Aujourd’hui, pour la première, un vaccin efficace contre la méningite B est en train de voir le jour.

80 à 100% des cas protégés

Cette infection virale ou bactérienne touche les enveloppes entourant le cerveau, et laisse parfois des séquelles au niveau neurologique. La trouvaille d’un vaccin serait donc un énorme soulagement pour la population.

Celui testé protègerait de 80 à 100% les cas de méningite B, qui est mortelle dans 8 à 10% des cas.

« Ce vaccin est un candidat prometteur, offrant une large protection contre les méningocoques de groupe B », explique Peter Richmond, auteur principal de l’article et chercheur à l’université de Western Australia.

L’autre donnée encourageante de ces tests, est que les personnes à qui l’on a administré le vaccin l’ont « très bien toléré ». Les effets secondaires ont été moindres, on relève quelques douleurs modérées et un cas d’hospitalisation de 24 heures pour maux de tête et vomissements.

Si le produit est commercialisé, il serait « un atout supplémentaire dans la prévention », s’enthousiasme dans Le Monde Jimmy Voisine, président de l’association méningites France. Mais des tests doivent encore être effectués jusqu’en 2014, notamment pour vérifier si le vaccin marche aussi bien sur les nourrissons, et si les anticorps seront assez persistants ou si un rappel sera nécessaire.

Quoiqu’il en soit, cette découverte est une étape importante dans la lutte contre le virus.

Mathilde Bourge