Météorite d’Oural : les scientifiques étudient les premiers fragments

Vendredi, une pluie de météorites s'est abattue sur la Russie. Aujourd'hui, les scientifiques tentent de comprendre comment un tel phénomène a pu se produire.

0
1342
La météorite a laisse un trou de 6 mètres de diamètre dans la surface gelée du lac de Tchebarkoul ©Sipa

Trois jours après l’explosion d’une météorite dans le ciel d’Oural, les scientifiques débutent leurs recherches. Les experts, qui ont récupéré les premiers fragments autour du lac Tchebarkoul, estiment que la plupart des débris de la roche extra-terrestre seraient tombés dans ce secteur.

Selon les premières estimations des scientifiques, la météorite « relève de la classe des chondrites », soit un type de météorite pierreuse. Cependant, les experts attendent la localisation « du principal fragment », qui serait dans le lac Tchebarkoul, pour en savoir plus sur cette roche tombée du ciel. Jusqu’ici, les chercheurs n’ont pas eu accès au lac, qui est toujours sécurisé grâce à un cordon mis en place par les autorités autour de l’étendue d’eau, afin d’empêcher les amateurs de récupérer des fragments de la météorite.

Météorite d’Oural : 1 450 blessés

Selon les autorités locales, la météorite d’Oural a fait 1 450 blessés, pour la plupart légers. « Le sud de l’Oural reprend un rythme de vie normal, mais nous avons encore beaucoup de travail devant nous. La région continue de se rétablir après le coup infligé par la météorite », a déclaré son gouverneur, Mikhaïl Iourevitch.

Alors que les scientifiques souhaiteraient en savoir plus, le ministère des situations d’urgence a annoncé, dimanche, mettre fin aux recherches des fragments de météorites dans le lac, dont la surface gelée a été percée d’un trou de six mètres de diamètre. Le ministre Vladimir Poutchkov avait qualifié les recherches d’illusoires, soulignant que le fond du lac était couvert d’une couche de 1,5 mètre de vase.

Pour le moment, les scientifiques vont donc devoir se contenter de ces quelques fragments retrouvés pour comprendre comment la chute de cette météorite a pu avoir des conséquences aussi graves. Normalement, ces roches extra-terrestres brûlent en entrant dans l’atmosphère mais vendredi, le corps céleste ne s’est désintégré que lors de son passage au-dessus de la métropole de Tcheliabinsk.

Mathilde Bourge