Mini-miss : Chantal Jouanno veut interdire les concours

La sénatrice UDI Chantal Jouanno souhaite interdire les concours de beauté pour les mineur(e)s de moins de 16 ans. Elle vient de déposer une proposition de loi à ce propos.

0
2021
Finale de l'élection mini-miss 2008, Paris. - Crédit photo : Chamussy ©Sipa

Elles sont mineures, se maquillent, portent des chaussures à talon et rêvent de décrocher le titre de la plus belle petite fille du pays. Nés aux États-Unis, les concours de mini-miss se développent depuis quelques années en France. La sénatrice UDI Chantal Jouanno souhaite stopper le phénomène. Ce mercredi 27 janvier, elle a déposé une proposition de loi prévoyant l’interdiction des concours de beauté aux enfants de moins de 16 ans.

Chantal Jouanno veut lutter contre l’« hypersexualisation » des petites filles

Par ce projet, la sénatrice souhaite protéger les petites filles de l’« hypersexualisation », les concours les transformant en mini-femmes au look sexy.

« Face à l’inaction [du gouvernement] et à la banalisation de l’hypersexualisation, dont nous ne pourrions plus longtemps taire les signes sans les cautionner, j’ai choisi de déposer une proposition de loi pour ériger des principes légaux de protection des enfants contre l’hypersexualisation » a déclaré la sénatrice dans un communiqué.

VIDÉO – Dans les coulisses des Mini Miss Réunion 2011 (© DR) :

Chantal Jouanno lutte contre les concours des mini-miss depuis plusieurs années. En 2002, elle avait rédigé un rapport sur le sujet et prévenu « à plusieurs reprises le gouvernement sur les risques de ce phénomène, tant du point de vue psycho-affectif pour le développement des enfants que sociétal, du point de vue de l’apprentissage de l’égalité entre les sexes » (AFP). Elle regrette que le gouvernement ne se soit toujours pas penché sur la question.

Pour la sénatrice, les mineurs ne doivent pas devenir des égéries de marques

La sénatrice redoute les excès. Elle identifie plusieurs dérives, dont l’utilisation de mineurs au sein du monde du mannequinat, pour des produits ou des services qui ne sont pas dédiés à leurs besoins. Dans sa proposition de loi, l’élue recommande d’interdire aux marques de choisir comme égérie des mineurs de moins de 16 ans.

VIDÉO – Extrait du concours « Graines de miss 2012 » en Franche-Comté (© DR) :

 

Lire aussi : Comment ça marche, la beauté ?

Cécile David