Mouches : le sexe les met en danger

Des scientifiques allemands ont constaté que les chauves-souris attaquaient les mouches en plein ébat sexuel. Le bruit émis par ces insectes guiderait leur prédateur.

0
3112
les sons émis par les mouches pendant leurs ébats sexuels attirent les chauves-souris ©ThinkStock

« Le sexe tue », a déclaré Stefan Greif, l’un des auteurs d’une étude publiée dans la revue Current Biology. Ce biologiste allemand, spécialiste des chauves-souris, a mené l’enquête avec son groupe de chercheurs.

Ils ont observé, durant 13 nuits, une communauté de mouches et de chauves-souris, dans une étable près de Marburg, en Allemagne. Ils ont alors constaté que les mouches en train de copuler avaient six fois plus de chance de se faire manger par les chauves-souris que lorsqu’elles ne font rien.

Pendant toutes ces nuits, étalées sur les années 2001, 2005, 2006 et 2009, les observateurs n’ont constaté aucune attaque lorsque les insectes ne faisaient que se déplacer sur les murs, alors qu’au moment de s’accoupler, 59 d’entre elles se sont fait gober. « En moyenne, sur quatre années d’observation, 26% des mouches qui se livraient à la copulation ont été attaquées par les chauves-souris », résument les chercheurs.

Sur toutes ces attaques, 59 % ont réussi et seulement dans deux cas, l’une des mouches a réussi à s’enfuir avant d’être engloutie. « S’attaquer à des mouches en train de copuler offre aux chauves-souris une double portion », expliquent, logiquement, les scientifiques.

Le bruit des mouches : leur pire ennemi

Pour comprendre pourquoi les chauves-souris s’attaquaient d’avantage aux mouches lors d’un acte sexuel, les chercheurs ont disposé des insectes morts en position d’accouplement, mais les chauves-souris ne les ont pas touchées.

Les chercheurs en ont donc conclu que c’était le bruit émis par les mouches lors de la copulation qui guidait les chauves-souris vers leur proie, non la vue. Cette hypothèse a été renforcée par le fait que les chauves-souris ont attaqué les haut-parleurs installés dans l’étable et émettant des sons enregistrés des ébats sexuels de mouches.

Mathilde Bourge