Moustique-tigre : alerte dans le sud de la France

Le moustique-tigre s'incruste dans le sud de la France. Le ministère de la Santé invite la population à la vigilance et rappelle que l'insecte peut transmettre différents virus, comme le chikungunya et la dengue.

0
4360
Moustique-tigre - Dix-huit départements du sud de la France sont sous surveillance. - crédit photo : Michael Pettigrew ©ShutterStock

Alerte au moustique-tigre dans le sud de la France. Dix-huit départements* sont sous surveillance. Les averses abondantes qui ont précédé l’été dans les régions du sud-est vont accélérer la prolifération de ces insectes, dont le développement nécessite une certaine quantité d’eau. Autre facteur de multiplication : le retour de touristes des Caraïbes et du Pacifique, des zones actuellement touchées par des épidémies de chikungunya et de zika.

Moustique-tigre : l’insecte des tropiques s’adapte partout !

Le moustique-tigre, reconnaissable par ses rayures, inquiète particulièrement les autorités sanitaires cette année bien que, pour l’instant, le plan anti-dissémination dengue et chikungunya ne constate aucun foyer épidémique (il y a épidémie quand au moins deux cas autochtones sont identifiés dans un même secteur). Les villes les plus exposées en France sont Nice et sa région, Marseille et Montpellier.

L’insecte surprend par sa capacité à coloniser des zones non tropicales, aux conditions météorologiques éloignées de son foyer initial. Il est apparu en 2004 pour la toute première fois à Menton (Alpes-Maritimes), puis s’est imposé dans tout le sud de la France. On constate actuellement une remontée vers la vallée du Rhône. Ainsi, la petite bête est parvenue à importer dans nos villes des virus que l’on pensait exclusivement réservés aux régions tropicales.

Moustiques-tigre : une épidémie de chikungunya dans les Antilles françaises

Une importante épidémie de chikungunya frappe en ce moment la Guadeloupe et la Martinique. Environ 500 nouveaux cas sont recensés chaque jour dans les Antilles françaises. « Or, les relations entre la métropole et les Antilles sont constantes et importantes, souligne le professeur Didier Fontenille, directeur de l’unité « Caractérisation et contrôle des populations de vecteurs » à l’Institut de recherche pour le développement (IRD). Un Antillais ou un touriste qui rentrerait en France infecté deviendrait donc un vecteur de contamination des moustiques-tigres et ainsi de suite » (Nice-Matin).

NOTE – En cas de fortes fièvres, de douleurs articulaires et/ou d’irruptions de boutons, il est fortement conseillé de consulter au plus vite un médecin afin d’effectuer des analyses.

* Les départements sous surveillance sont les Alpes-Maritimes, les Alpes-de-Haute-Provence, le Var, les Bouches-du-Rhône, la Haute-Corse, la Corse-du-Sud, le Gard, l’Hérault, l’Aude, les Pyrénées-Orientales, l’Ardèche, le Vaucluse, la Drôme, l’Isère, le Rhône, la Haute-Garonne, le Lot-et-Garonne et la Gironde.

Sur le même thème :

Lire aussi : Le moustique-tigre, danger numéro 1 de l’été

Lire aussi : Pourquoi doit-on se méfier du moustique-tigre ?

Damien Rigat