Moustique tigre : attention il infeste la côte atlantique !

Alors que le moustique tigre s’est déjà implanté dans le sud-est de la France, les agences régionales de la santé ont reçu pour directive d’intensifier la surveillance sur la façade atlantique pour éviter sa prolifération.

0
11574

Le moustique tigre, vecteur de maladies infectieuses, fait craindre aux autorités de santé une implantation sur la façade atlantique. L’objectif est alors clair pour l’établissement public interdépartemental pour la démoustication du littoral atlantique, il faut à tout prix éviter la prolifération du moustique tigre en France. Et pour cela la surveillance de la façade atlantique qui semble être le nouveau point d’implantation du moustique tigre doit être renforcée.

Pour empêcher toute prolifération du moustique tigre sur la façade atlantique, les autorités ont mis en place un réseau de pièges à proximité des zones dites à risques d’importation. Il s’agit notamment des aires d’autoroutes, des plateformes de fret, des ports, des aéroports ainsi que des stocks de pneus qui se trouvent être des niches très appréciées par les femelles de cette espèce pour la ponte. Deux types de pièges sont utilisés pour éviter que la population augmente : le piège pondoir, qui consiste à faire pondre les femelles dans des récipients afin de récupérer leurs œufs, et le piège à CO2, qui simule la présence humaine en diffusant en permanence du CO2 afin d’attirer les moustiques et de les piéger dans un filet.

Dangereux pour l’homme

Le moustique tigre, de son nom latin Aedes Albopictus, originaire d’Asie, est apparu pour la première fois dans l’Hexagone en 1970 par le biais du transport de marchandises. Or, cet insecte est particulièrement dangereux car il est porteur de maladies exotiques telles que la dengue ou encore le chikungunya qu’il transmet à l’homme par le biais de ses piqûres.

Si vous pensez avoir capturé un moustique tigre, le site de l’EID Atlantique, vous informe de la procédure qu’il faut suivre. 

Maëla Priolet