Moustiques, requins, serpents… quels sont les animaux qui tuent le plus ?

Non, le requin n’est pas l’animal le plus dangereux pour l’homme. En moyenne, le squale tue chaque année une dizaine de personnes, tandis que le moustique est responsable de 800 000 décès. Top 10 des animaux qui tuent le plus.

0
4757
Contrairement aux idées reçues, ce n'est ni le requin, ni le lion, ni le serpent qui tue le plus d'hommes chaque année mais le moustique, à l'origine de 800 000 décès par an. ©ThinkStock

Le 15 juillet, une adolescente en vacances à la Réunion a été tuée par un requin. Il s’agit de la deuxième attaque mortelle depuis le début de l’été sur l’île. Tous les ans, l’Institut océanographique de Monaco tempère les discours alarmistes : non, le squale n’est pas l’animal le plus menaçant pour l’homme. Le moustique, le serpent et le scorpion tueraient bien plus d’humains chaque année.

Les moustiques et les méduses tuent plus que les requins

En 2012, l’Institut océanographique de Monaco a mené une étude sur le nombre de décès causés chaque année par les animaux sauvages. Le moustique, le serpent et le scorpion arrivent en tête du classement :

1. le moustique : vecteur de maladies mortelles, comme le paludisme et le chikungunya, il tuerait, en moyenne, 800 000 personnes chaque année ;

2. le serpent : 100 000 décès ;

3. le scorpion : 3 000 décès ;

4. le crocodile : 2 000 décès ;

5. l’éléphant : 600 décès ;

6. l’abeille et le frelon : 400 décès ;

7. le lion : 250 décès ;

8. l’hippopotame : 200 décès ;

9. la méduse : 50 décès ;

10. le requin : 10 décès.

> Lire aussi : Où se trouvent les requins les plus dangereux dans le monde ?

Note – Selon George Burgess, spécialiste des requins au muséum d’histoire naturelle de Floride, la noix de coco serait responsable de 150 décès chaque année.

L’homme, une menace pour le requin

Si l’homme a peur du requin, ce dernier aurait raison de craindre l’espèce humaine. « L’homme pêche des dizaines de millions de requins par an. Leurs populations ne peuvent pas s’adapter à une telle prédation, elles s’effondrent », rappelle au Monde (8 juillet) Robert Calcagno, directeur de l’Institut océanographique de Monaco et auteur de Requins, au-delà du malentendu (mai 2013). « De nombreuses espèces sont aujourd’hui au bord de l’extinction ou d’une disparition locale. »

> Lire aussi : Requins – vérité et astuces en cas d’attaque

Les requins sont tués pour leurs ailerons, considérés en Chine comme des mets raffinés. En mars, cinq espèces ont rejoint la liste de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (Cites). Début juin, Bruxelles a décidé d’interdire la découpe d’ailerons de requins (le finning) au sein de l’Union européenne et « plusieurs États, notamment dans le Pacifique, ont récemment créé des aires marines protégées (…) pour abriter le prédateur », rapporte Robert Calcagno. « Mais on est loin du compte : il faudrait instituer des quotas de pêche comme pour le thon rouge. »

Si le requin venait à disparaître, cela bouleverserait la chaîne alimentaire. Le squale se nourrit en effet de certains animaux malades et d’espèces qui pourraient menacer une partie de la faune et de la flore aquatiques. À terme, c’est l’ensemble du récif corallien qui s’éteindrait avec lui.

VIDÉO – Le requin, une espèce en voie de disparition (JT France 2, 2012) :

© France Télévisions

Les animaux domestiques tuent aussi

À date, le requin n’a jamais tué personne sur les côtes françaises. La vipère, elle, ne serait responsable dans le pays que d’un décès tous les cinq à huit ans. En France, comme à travers le monde, ce sont les petites bêtes qui tuent le plus. Selon l’Institut de veille sanitaire (InVS), les piqûres d’abeilles, de guêpes ou de frelons « entraînent chaque année une quinzaine de décès, principalement chez des personnes allergiques. »

> Lire aussi : Pourquoi doit-on se méfier du moustique-tigre ?

Contrairement aux idées reçues, les animaux domestiques ne sont pas les moins dangereux. Le meilleur ami de l’homme peut parfois se transformer en véritable prédateur. Selon la dernière enquête réalisée par l’InVS (mai 2009-juin 2010), 33 personnes sont décédées à la suite d’une morsure de chien depuis 1989. Chaque année, les morsures du canidé représentent plusieurs milliers de recours aux urgences et de nombreuses hospitalisations. « Le plus souvent, la personne qui a été mordue connaissait le chien et les agressions se produisent au domicile. »

Le gibier peut lui aussi s’avérer dangereux pour l’homme. Selon une enquête publiée en 2010 par l’UFC-Que choisir, les sangliers, les chevreuils et autres gros gibiers seraient responsables en France d’environ 65 000 collisions avec les automobilistes, entraînant « des dommages corporels et/ou matériels plus ou moins graves » (Le Figaro).

Rassurez-vous, les animaux peuvent aussi être de précieux alliés. La preuve avec ces dauphins, venus à la rescousse d’un surfeur attaqué par un requin :

© DR

Cécile David