Movember féminin : du poil sous les aisselles pour parler des ovaires polykystiques

Des jeunes femmes britanniques ont créé le mouvement ArmpitsAugust. Le principe ? Se laisser pousser les poils sous les aisselles afin d'attirer l'attention sur le syndrome des ovaires polykystiques.

0
12052
ArmpitsAugust : le Movember au féminin ©DR

Ne pas s’épiler les aisselles pendant un mois ? Tel est le pari du Movember au féminin. Des jeunes femmes britanniques se sont effet lancé le défi de se laisser pousser les poils pour la bonne cause, celle du mouvement ArmpitsAugust, soit « les dessous de bras pour le mois d’août ». La volonté de ce projet est d’attirer l’attention sur des affections féminines peu connues, telles que le syndrome des ovaires polykystiques.

Les ovaires polykystiques, c’est quoi ?

Ce syndrome est l’une des principales causes d’infertilité chez les jeunes femmes. Il provoque un déséquilibre hormonal, des cycles très irréguliers, une pilosité importante ainsi que de l’acné persistante. Dans 40 % des cas, les jeunes femmes souffrent également de surchage pondérale. On estime qu’environ 3 à 10 % des femmes en âge de procréer sont touchées par le syndrome des ovaires polykystiques. Les participantes, en demandant à leurs familles et à leurs amis de les sponsoriser, espèrent récolter des fonds pour l’association Verity, qui soutient les femmes atteintes du syndrome.

ArmpitsAugust : un mouvement féministe

Mais le mouvement ArmpitsAugust a également vocation de critiquer les standards de beauté féminins, qui recquièrent que les femmes soient parfaitement épilées. Plus que féminin, l’action est donc aussi féministe.

Lire aussi : Movember : des moustachus pour lutter contre le cancer de la prostate

Créé en 2004, le Movember a pour but de récolter des fonds pour les cancers de la prostate et des testicules. Pour participer, les hommes doivent simplement se faire pousser la moustache afin d’attirer l’attention et d’aborder plus facilement ces maladies considérées comme tabou. Le mouvement a soulevé non seulement de multiples conversations mais a aussi permis de récolter près de 299 millions de dollars depuis sa création pour des fondations contre le cancer.

Mathilde Bourge