Naissance du premier bébé français issu d’un ovocyte vitrifié

A l’hôpital Debré, une maman a donné naissance au premier bébé conçu par fécondation in vitro après vitrification de l’ovocyte.

0
2412

C’est une première pour la France. L’assistance publique des hôpitaux de Paris (APHP) a annoncé, ce mercredi, la naissance du premier bébé français après vitrification de l’ovocyte. L’accouchement s’est déroulé le 4 mars dernier à l’hôpital Debré, de manière naturelle et à 36 semaines. Cette technique de congélation ultrarapide des ovules n’a été autorisée en France qu’en juillet 2011 lors de la révision de la loi de bioéthique. L’APHP précise que l’enfant, un petit garçon, se porte parfaitement bien.

La « vitrification » est le procédé scientifique qui consiste à congeler mais d’une manière ultrarapide et sans cristaux de glace les cellules reproductrices féminines, les ovocytes. Pour cette première naissance française, la vitrification de l’ovule avait été réalisée dans le service de biologie de la reproduction du professeur Jean-Philippe Wolf à l’hôpital Cochin à Paris.

La France comble enfin son retard

Cette technique de congélation des ovocytes n’est pas nouvelle. Elle est d’ailleurs utilisée depuis une dizaine d’années en Espagne et en Belgique. Si la France avait pris autant de retard par rapport à ses homologues européens c’est parce que la vitrification d’ovocytes était restée longtemps interdite dans l’Hexagone. La précédente version de la loi de bioéthique l’assimilait à de la recherche sur l’embryon humain, explique le professeur Wolf. Or, sauf dérogation, la recherche sur embryon humain est interdite. Mais avec la révision de la loi bioéthique, dorénavant ce procédé est autorisé et la France peut combler son retard.

Un procédé plus efficace

Il s’avère que cette congélation ultrarapide est plus efficace que la méthode de congélation utilisée auparavant. Avec la congélation lente, un seul ovule sur 10, après décongélation, était fécondable. Alors que « la vitrification permet d’en avoir 9 », déclare le professeur. D’ailleurs la vitrification peut être utilisée pour permettre à des femmes qui vont suivre un traitement pouvant altérer leurs ovules de conserver des gamètes pour avoir un enfant après leur guérison.

Maëla Priolet