Nasa : un satellite pour observer le CO2

La Nasa vient de lancer dans l'espace un satellite, OCO-2, pour observer le taux de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère terrestre. Une première mondiale.

0
1336
OCO-2 sera en mesure d'effectuer ses premières observations dans environ quarante-cinq jours. - crédit photo : NASA TV ©DR

La Nasa a la sourire. Mercredi 2 juillet, à 2h53 heure locale (11h56 à Paris), une fusé a décollé depuis la base militaire Vandenberg Air Force, en Californie. Le lancement s’est déroulé sans encombre. Il devait être réalisé un jour plus tôt mais l’agence spatiale américaine avait finalement dû le décaler en raison d’un problème au niveau du système d’écoulement d’eau du pas de tir. À bord de l’engin propulsé dans l’espace : Orbiting Carbon Observatory, ou OCO-2, le premier satellite conçu pour analyser le taux de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère terrestre.

Cinquante-six minutes après le décollage, la fusée a largué comme prévu OCO-2. Le satellite a déployé ses panneaux solaires, qui vont lui permettre de s’alimenter en énergie pendant environ deux ans, la durée de la mission. Le dispositif mesure deux mètres et pèse environ 450 kilogrammes.

OCO-2 va mesurer le nombre de molécules de COC dans l’atmosphère terrestre

OCO-2 se situe à 705 kilomètres d’altitude. Il se balade au niveau de l’orbite polaire, ce cercle qui tourne autour de la Terre en passant par les pôles. Grâce à lui, la Nasa va pouvoir observer le cycle des émissions et absorptions de gaz carbonique (CO2) de la Terre. L’agence américaine indique que le CO2 se situe actuellement à des niveaux très importants : 400 parties par million (ppm) dans l’hémisphère nord. Il s’agit du taux le plus élevé depuis au moins 800 000 ans, assure-t-elle.

Très précis, le satellite va pouvoir mesurer le nombre de molécules de CO2 dans les différentes couches de l’atmosphère de notre planète. Il sera alors possible d’identifier les points où le dynode de carbone est émis et ceux où il est absorbé. Objectif : mieux comprendre l’effet de son augmentation dans la hausse mondiale des températures.

Le satellite livrera ses premières informations début 2015

« Les scientifiques ignorent où et comment les océans et les plantes ont absorbé plus de la moitié du gaz carbonique émis par les activités humaines depuis le début de l’ère industrielle, indique David Crisp, le chef de projet scientifique de la mission, au Jet Propulsion Laboratory de Pasadena, en Californie (Science et vie). Ainsi, nous sommes incapables de prédire précisément comment ces processus vont fonctionner à l’avenir, à mesure que le climat se modifie. »

La Nasa veut essayer de lever le voile. OCO-2 sera en mesure d’effectuer ses premières observations dans environ quarante-cinq jours. Les six premiers mois seront dédiés au calibrage de ses outils. Les premières informations seront livrées à l’agence spatiale américaine au début de l’année 2015.

Sur le même thème :

Lire aussi : Mars – La Nasa teste une soucoupe volante

Lire aussi : La Nasa présente son nouveau vaisseau façon Star Trek

Lancement réussi pour OCO-2 :


© Nasa

Damien Rigat