Ne payez plus, troquez !

Le troc serait-il de retour ? Plutôt que de payer de nombreux Français s'organisent autour d'associations d'échanges.

0
1851

1994, en Ariège : Une poignée de citoyens créent le premier SEL (Système d’échange local) français. Le principe est simple : s’échanger des biens et des services sans avoir à recourir à l’argent. Le succès est fulgurant. Aujourd’hui, on en compte plus de 350 dans l’hexagone qui réunissent plus de 25 000 membres. Chaque réseau local, à l’échelle d’un village, d’un quartier ou d’une ville, a sa propre monnaie virtuelle. Le système permet aux familles modestes de bénéficier, par exemple, d’un cours de soutien scolaire sans débourser le moindre centime. Au prix de l’heure dudit soutien, on imagine vite l’économie réalisée. Les SELs sont aussi l’occasion de se donner des coups de main ou de rompre l’isolement. A la campagne, trouver un plombier qui se déplace pour une fuite d’eau relève véritablement de l’exploit. Heureusement, les SELs sont là !

Impératif : la proximité

Pour qu’un SEL (Système d’échange local) fonctionne correctement, il faut d’abord que ses membres habitent à proximité les uns des autres. Comme le résume parfaitement un adhérent d’un SEL du sud de la France : « Si pour rendre un service à quelqu’un, on doit faire 50 Kilomètres en voiture, le système n’est évidemment pas viable ». Si vous avez l’intention d’intégrer un SEL, veillez donc à trouver une communauté d’échanges proche de votre domicile.

Les conditions d’entrée

Les SELs sont ouverts à tous sans conditions d’âge, de revenus ou de profession : retraités ou actifs, personnes en recherche d’emploi. Chacun est le bienvenue. Dans la plupart des SELs, il faut toutefois être parrainé par des membres pour entrer dans la communauté d’échanges. La raison ? La cooptation est un bon moyen d’éviter les mauvaises surprises.

Des compétences variées

Pour intégrer un SEL, il faut d’abord proposer des services. N’ayez crainte, les compétences recherchées par les membres sont tellement diverses que vous avez forcément un service à proposer : petit bricolage, aide au jardinage, garde d’enfants, transports, soutien scolaire…Il peut donc s’agir de choses très basiques comme laver des vitres, peindre un volet, changer le joint d’un robinet ou tout simplement accompagner un membre du SEL à la gare. En échange de ce service rendu, vous pouvez à votre tour profiter des offres proposées par les membres de la communauté. En général, une cotisation annuelle d’une dizaine d’euros est exigée. Certains SELs proposent même de régler la cotisation en monnaie locale, sans débourser un euro.

Les biens aussi La plupart des SELs éditent chaque mois un catalogue dans lequel figurent les offres et les demandes des adhérents de la communauté d’échanges. Pour en profiter, il suffit de prendre contact avec l’adhérent. Mais dans les SELs, on n’échange pas que des coups de mains. Les Bourses locales d’échanges (BLE), sorte de gigantesques vide greniers, permettent aux membres du SEL d’échanger des biens, sans recourir à l’argent mais en utilisant une unité de référence choisie. On y vend (en monnaie virtuelle) toutes sortes de biens : des vêtements, des timbres, de la nourriture, etc.

Argent interdit

« Dans les SELs, l’argent est banni. Aucun service rendu ne doit donner lieu à une transaction d’argent », explique Hervé Deroeux, président de Sel en Provence, une association intercommunale qui regroupe quatre villages du Pays d’Aix (Coudoux – La Fare les Oliviers – Velaux – Ventabren). A l’image des centaines de SELs en France, Sel en Provence réunit déjà 60 familles après seulement trois ans d’existence. Dans cette communauté d’échanges, l’argent est tout simplement interdit ! C’est le fondement même de la philosophie des SELs. En guise d’euros, les membres capitalisent des monnaies d’échanges virtuelles.

Tram, bouchon, menhir

Au niveau local, chaque SEL a sa propre monnaie virtuelle : le Paname à Paris, le bouchon à Bordeaux, le menhir en Bretagne ou le tram en Seine-St-Denis. Evidemment, ce sont que des unités symboliques. A aucun moment, les membres ne s’échangent des menhirs ou des bouchons. Le calcul de la valeur de ces monnaies locales est très simple. L’heure de travail est divisée en 60 minutes. Chaque minute passée crédite votre compte SEL d’une unité : le menhir, le bouchon, etc. Ainsi, si vous passez une heure à jardiner pour aider un membre de la communauté, votre compte de membre est crédité de 60 menhirs. Ce qui vous permet de bénéficier à votre tour de prestations. Chaque membre d’un SEL a un compte sur lequel il cumule des points. Dans le système, il n’y a pas d’intérêts ni d’agios. Votre compte peut être déficitaire ou excédentaire. Mais, pour éviter les abus, une limite est souvent fixée.

Petits travaux uniquement

Attention, pas question de retaper entièrement sa maison en passant par un SEL. Pour échapper aux foudres de l’administration, deux conditions doivent être réunies. L’activité doit être ponctuelle, non répétitive et de courte durée. Elle doit également être réalisée de particulier à particulier au titre de l’entraide. En revanche, un professionnel doit déclarer en euros son revenu en grains, et payer la TVA. Par exemple, un garagiste adhérent à un SEL peut aider quelqu’un à repeindre sa cuisine sans rien déclarer, mais s’il répare une voiture, il doit le déclarer.

La route des SELs

C’est le versant « vacances » des SELs. La route des SELs est une association qui favorise les rencontres entre adhérents des SELs (de toute la France) en utilisant leurs possibilités d’hébergement. Elle regroupe 800 adhérents. Ils offrent toutes sortes d’hébergement, de courte ou de longue durée, allant du canapé à l’emplacement pour une tente, en passant par le gîte voire la mise à disposition d’une résidence secondaire ou d’un bateau ! Ceux qui ne proposent pas d’hébergement peuvent néanmoins être reçus. C’est le cas de Sylvie, membre d’un SEL de l’Allier, qui a trouvé un hébergement de trois nuits en Bretagne grâce à la route des SELs. Une nuitée correspond à 60 grains, soit une heure de services réalisée dans votre SEL. La route des SELs offre même une possibilité d’hébergement en Allemagne, en Angleterre, en Suisse, en Belgique et même en Australie et au Canada.

Où trouver votre SEL ?

C’est le portail des 350 SELs de France. Le site propose notamment un guide « SEL : mode d’emploi » qui donne toutes les explications pour créer et faire fonctionner un SEL. Il fait aussi le point sur les aspects juridiques et fiscaux de leur activité. Très pratique, le site propose une carte de France des SELs.Vous n’avez qu’à cliquer sur le département de votre domicile pour trouver un SEL proche de chez vous. Il publie aussi un agenda des manifestations et rencontres, nationales ou locales, organisées par les SELs. http://selidaire.org/spip/

Comment ça marche ?

Anne a un robinet qui fuit. Elle publie sur le site Internet de son SEL pour déposer sa demande : « Petits travaux de plomberie Urgent ». Lucien, membre de son SEL se propose de l’aider. – Lucien se rend chez Anne pour changer son robinet. En une demi-heure, le tour est joué. Le compte de Lucien est crédité de 30 olives, la monnaie locale de son SEL. Le compte d’Anne est débité de 30 olives. -Lucien doit se rendre à la gare d’Aubenas pour prendre le TGV mais il n’a pas de voiture. Anthony se propose de le conduire à la gare. Anthony est crédité de 30 olives. -Anthony a besoin de cours de soutien scolaire en mathématiques pour sa fille de 14 ans. Il trouve Thomas, un prof de maths membre du SEL, qui donne trois heures de cours de maths à sa fille. Le compte d’Anthony est débité de 300 olives.

On échange aussi sur internet

Aller chercher votre enfant à la sortie de l’école, réparer votre machine à laver contre une heure de jardinage ou encore échanger vos vieux jeux vidéos ou des DVD que vous avez déjà vus dix fois. Sur Internet, vous pouvez échanger tout ce que vous voulez. Réponse à Tout a sélectionné pour vous les meilleures adresses.

DVD http://www.cinetroc.com/
Cinétroc vous propose d’échanger vos DVD avec les membres du site. Pour cela, rien de plus simple, vous devez établir deux listes

les DVD que vous souhaitez échanger et ceux que vous voulez recevoir. Cinétroc attribue des points à chaque DVD. Ces points vous sont crédités quand vous envoyez un DVD ou débités lorsque vous en recevez un. 13 000 références. Abonnement : 4 DVD/Moi