Noël : où trouver un médecin généraliste ?

Trois syndicats de médecins généralistes appellent à la fermeture des cabinets pour la période des fêtes, du 24 au 31 décembre prochain. Une protestation contre le projet de loi de la ministre de la Santé.

0
6555
Une bataille est lancée entre les médecins généralistes et la ministre de la Santé, Marisol Touraine. ©ShutterStock

« Trop c’est trop ! La coupe est pleine » pour les médecins généralistes. Ils sont au nombre de trois, MG-France, la Fédération des médecins de France, ainsi que l’Unof-Csmf, et ils appellent à la fermeture des cabinets des médecins généralistes du 24 au 31 décembre prochain.

Les syndicats de médecins généralistes font savoir au travers d’un communiqué leur mécontentement vis-à-vis du projet de loi Santé proposé par la ministre Marisol Touraine et réclament l’ouverture de négociations conventionnelles. « Depuis des mois, se succèdent différentes mesures ignorant la réalité de la prise en charge globale et de qualité du patient par son médecin traitant » estime le syndicat.

Une longue liste de revendications

Pour les praticiens, la situation est jugée critique, voire « beaucoup plus grave » que celle de 2002 (mouvement pour la revalorisation des gardes de nuit et de week-end NLDR). « C’est le cœur du métier de médecin généraliste qui est remis en cause » avec ce projet de loi explique le syndicat dans son communiqué.

Les médecins généralistes se sentent dépouiller de leurs prérogatives. Et leurs plaintes sont nombreuses. A commencer par la possibilité donnée aux pharmaciens de vacciner les patients, acte exclusivement réalisé par les médecins traitants jusqu’à aujourd’hui. Mais aussi la formation « d’infirmières cliniciennes amenées à porter des diagnostics, à prescrire des examens complémentaires et des traitements ». « Le périmètre du métier de médecin généraliste est modifié », pour ne pas dire réduit, se désole le syndicat. Ils désirent également une revalorisation du tarif de la consultation et refusent également le tiers payant pour tous.

SOS Médecins et Urgences débordés

De son côté, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, tient à rassurer tant bien que mal la profession : « il ne s’agit nullement d’enlever des compétences aux uns pour les confier à d’autres » assure-t-elle.

Si cet appel à la fermeture des cabinets de médecins généralistes est maintenu pour la période des fêtes de fin d’année, les Urgences et SOS Médecins risquent de connaître une fin d’année (encore plus) difficile. Ces deux services de santé voient déjà chaque année à ces dates leurs consultations augmenter de 20 % (pour SOS médecins), et le nombre d’appel par jour augmenter de 700 à 1000 en moyenne (pour les Urgences).

Lire aussi : Un médecin traitant pour les enfants
Lire aussi : Un numéro unique pour les médecins de garde ?

Laurie Ferrère