Noël : pourquoi met-on des boules et des guirlandes dans le sapin ?

Tous les ans, le scénario se répète : quelques jours avant Noël, boules et guirlandes viennent habiller nos sapins. Une tradition qui nous viendrait… de Moselle.

0
8977
La première boule de Noël artificielle aurait été créée au XIXe siècle à Meisenthal, en Moselle (Lorraine). - crédit photo : Elena Elisseeva ©ThinkStock

Il y a un an, des étudiants britanniques inventaient la « treegonometry » pour décorer de manière idéale un sapin. Parer de boules et de guirlandes son arbre de Noël est devenu un véritable rituel en occident. Selon les rumeurs, cette coutume puiserait son origine dans l’est de la France.

Les premières boules de Noël étaient des pommes

La tradition du sapin serait apparue en Alsace et dans la région de Bâle (Suisse) au XIIe siècle. Le conifère représente alors l’arbre d’Eden. Pour le décorer, on y attache des pommes et des branches. Le fruit n’a pas été choisi au hasard : sur l’ancien calendrier des saints, le 24 décembre est dédié à Adam et Eve, représentés par la pomme, objet de la tentation.

Jusqu’au milieu du XXe siècle, décorer un sapin est considéré comme une pratique païenne. En effet, avant l’instauration de la fête de Noël, les peuples polythéistes décoraient un arbre, symbole de la vie, avec des fleurs et des fruits lors des fêtes du solstice d’hiver. On raconte aussi que les Romains ornaient un sapin en l’honneur de Saturne, le dieu de l’agriculture et du temps.

> Lire aussi : Des milliers de petites bêtes trouvent refuge dans les sapins !

La première boule artificielle aurait été créée au XIXe siècle à Meisenthal, en Moselle (Lorraine). En 1858, la récolte des pommes est mauvaise en raison d’un hiver particulièrement rigoureux. La population préfère alors conserver les fruits pour les manger plutôt que de les suspendre aux branches des conifères. Les sapins se retrouvent « nus », sans parure. Mais un verrier de Strasbourg sauve la tradition ! Il conçoit des boules aux couleurs des pommes pour que chacun puisse habiller son arbre de Noël. Le rituel se serait répandu à échelle internationale à la fin du XIXe siècle et au XXe siècle. En 1992, un Centre international d’art verrier (CIAV) a été créé à Meisenthal afin de perpétuer le savoir-faire des créateurs de boules. Aucune source officielle ne confirme cette version de l’histoire, légèrement ethno-centrée.

La toile d’araignée, ancêtre de la guirlande ?

Selon la légende, les guirlandes seraient nées en Allemagne. Alors qu’elle vient de finir son ménage, une mère de famille découvre dans son sapin des araignées en train de tisser une toile. Elle est horrifiée. Pour la consoler, le Père Noël transforme les pièges de soie en fils argentés et dorés. Dans la version plus réaliste, les guirlandes auraient pris place dans le sapin plus ou moins à la même époque que les boules de Noël. Elles sont réalisées à l’époque à partir de buis, de mousse, d’herbe sèche, de feuilles de laurier ou de branches de houx et peuvent mesurer plus de trente mètres de longueur.

Au début du XXe siècle, les guirlandes sont devenues artificielles en raison de l’importante migration des populations vers les villes. Pour contrer le manque de végétaux, les foyers se sont tournés vers le plastique, le vinyle, puis le verre.

Quant à la guirlande électrique, elle nous vient des États-Unis et plus précisément d’Edward H. Johnson, vice-président de la Edison Electric Light Company. En décembre 1882, 80 ampoules sont intégrées pour la toute première fois sur un sapin dans l’un des quartiers de New York équipé en électricité. Les fils lumineux sont commercialisés par Edison Compagny en 1901 mais c’est aux alentours des années soixante que les foyers commencent réellement à s’en procurer.

Le fait d’illuminer le sapin remonterait en réalité au XVIe et XVIIe siècle. Les foyers faisaient briller leur arbre de Noël grâce à des coquilles de noix remplies d’huile ou des chandelles souples nouées autour des branches. Derrière cette pratique se cacherait Luther, à l’origine de la réforme protestante. Lors d’une promenade en forêt, il aurait décidé d’embellir un sapin avec des chandelles et de former, en haut de l’arbre, une étoile scintillante représentant l’étoile du berger. Un hommage à la naissance de Jésus Christ.

> Lire aussi : Quel sapin de Noël choisir ?

Cécile David