« Non mais allô quoi, Nabilla est l’objet d’un test de droit »

A l'Université Paris V Descartes, les sujets de partiels de droit dénotent. Une chargée de TD a pris l'initiative de mettre en scène Nabilla et tous ses amis dans un devoir pour faire sourire les élèves.

0
3190
Le temps d'un partiel de droit, Nabilla et Ayem sont devenues les pires ennemies ©Sipa

« Allô, non mais allô quoi ! Tu serais le père de ma fille de 6 ans alors que notre relation remonte à plus de 8 ans ! Non mais allô quoi ! J’sais pas, tu me reçois ? ». Non, il ne s’agit pas de la dernière réplique de Nabilla dans les Anges de la télé-réalité mais bien d’un texte de partiel de droit de la famille, à l’Université Paris V Descartes.

Incroyable mais vrai, une jeune chargée de TD a mis en scène les « stars » de la télé-réalité française pour illustrer son devoir. Ainsi, Nabilla, Sofiane et Ayem se retrouvent mêlés à une histoire autour de la paternité que les élèves ont dû résoudre le plus sérieusement du monde. « Elle avait déjà fait une allusion à ce programme pendant un cours en plaisantant avec la classe. J’ai trouvé que l’exercice était de mauvais goût mais la majeure partie a trouvé ça très drôle », constate amèrement une étudiante. « C’est le seul cas pratique qu’elle a rédigé de ses mains. Les précédents sur lesquels nous nous sommes entraînés étaient rédigés par notre professeur principal. Ils étaient beaucoup plus classiques », poursuit-elle.

Si cette jeune fille ne semble pas avoir apprécié l’humour de sa chargée de TD, d’autres étudiants sont plus cléments et saluent l’initiative. « Au moins les professeurs essaient de nous détendre ! », avance Lyviana. Marie, quant à elle essaie de défendre le responsable du devoir contre les attaques : « Pour traiter un cas pratique, on se fiche complètement du texte. Seul compte le problème posé et les principes qui en ressortent… On a quand même le droit de mettre les noms de quiconque, car dans le fond il y a toujours des questions de droit à traiter et un exercice à résoudre… Un peu d’humour ça n’a jamais tué personne ! »

La téléréalité dans les facs américaines

Outre-Atlantique, ce sujet de droit serait sûrement passé inaperçu. A l’Université de San José (Etats-Unis), un professeur spécialisé en business et marketing utilise régulièrement la télé-réalité pour illustrer ses propos. Selon lui, cela permet avant tout de rendre les exercices plus compréhensibles de tous.

Même constat pour un autre professeur, interrogé en 2006 par le Time Magazine. L’enseignant y expliquait remanier ses cours en intégrant des références à l’émission Project Runway, une télé-réalité sur la mode. Et du côté des élèves, l’initiative faisait l’unanimité.

Lire aussi : Quand Nabilla lance un « Non mais allô quoi ! » à Bruce Willis – VIDEO

Maxime Quéma