Nouveaux rythmes scolaires : les tarifs des baby-sitters explosent

La réforme des nouveaux rythmes scolaires a eu une conséquence inattendue dans les régions qui l’appliquent depuis la rentrée 2013 : la hausse du tarif des baby-sitters !

0
1680
Le tarif des baby-sitters a bondi de 6,16 % dans les départements qui appliquent les nouveaux rythmes scolaires depuis 2013. ©ShutterStock

Voici un argument tout trouvé pour les opposants à la réforme des rythmes scolaires. L’application de la semaine de quatre jours et demi a eu pour conséquence la hausse des tarifs des baby-sitters, d’après le rapport annuel de Yoopies, le « Facebook du baby-sitting » (300 000 annonces de garde à travers l’Europe). Le salaire net horaire moyen des nounous aurait ainsi grimpé de 6,16 % dans les départements où plus de 50 % des élèves sont passés au nouveau rythme à la rentrée 2013, contre 3,54 % dans ceux n’appliquant pas encore la réforme. Et c’est à Paris que l’augmentation est la plus conséquente : + 11 % en un an pour atteindre 9,17 euros de l’heure.

« Nous avons observé une augmentation de demande de garde d’enfants de l’ordre de 30 % dans les villes ayant mis en place la réforme des rythmes scolaires dès 2013 », constate Benjamin Suchar, co-fondateur de Yoopies. Les enfants sortant plus tôt de l’école, certains parents se voient contraints d’embaucher un(e) baby-sitter alors qu’ils n’en avaient pas besoin jusque là. Ceux qui en employaient déjà un(e), sont obligés d’élargir la plage horaire. Conséquence logique : par le jeu de l’offre et de la demande, les prix sont tirés vers le haut. Et le pire reste à venir. « La mise en œuvre générale de cette réforme à la rentrée 2014 risque d’augmenter les besoins de garde et de généraliser la hausse des tarifs de baby-sitting », craint encore Benjamin Suchar.

Tarifs des baby-sitters : des disparités entre les régions

Autre constat souligné dans le rapport : le coût d’un(e) baby-sitter peut varier de 12 % d’une région à une autre. A Paris, les parents déboursent environ 8,98 euros de l’heure contre 8,01 euros de l’heure en Bretagne, région où faire garder son enfant revient le moins cher. Mais d’une manière générale, les tarifs de la province tendent à se rapprocher de ceux de la région parisienne. « Si l’heure de garde était sous les 8 euros dans plus de dix régions en 2013, il ne reste plus aucune région pratiquant des tarifs en dessous de ce seuil », souligne le rapport. On note une hausse globale de 3,98 % sur l’ensemble du territoire.

Selon l’étude, quatre parents sur dix dépensent plus de 1 000 euros par an pour faire garder son enfant. 

Lire aussi : Rythmes scolaires : parent, prof, médecin… ils sont « pour » !

Julie Toury