Nouvelles tranches de vie

Si nous disposons toujours de 24 heures par jour pour vaquer à nos activités, selon l’Insee, en dix ans, nos priorités ont changé * !

0
1848
Nos habitudes de vie ont évolué en dix ans ©ThinkStock

8h30 à dormir : – 13 minutes par jour

Mauvaise pioche pour les amoureux de Morphée, nous dormons de moins en moins. En 50 ans, notre temps de sommeil a fondu d’environ 1 h 30 sur 24 h. La faute à qui ? Notre patron ! Mais pas seulement. La télé qui s’invite dans les chambres, le radio-réveil, l’ordinateur ou le portable n’arrangent rien. Autant de lumières artificielles qui nuisent à la qualité et la durée de notre sommeil.
RECORD : 9h10 pour les étudiants et les lycéens

 

1h02 à se pomponner : +14 minutes par jour

Aux oubliettes le cliché du Français plus accro à la bonne chère qu’à la savonnette. Selon une étude Ifop (mai 2011), les femmes passent chaque jour 46 min – un quart d’heure de plus que les hommes – dans leur salle de bains. A ce petit jeu, elles arrivent troisièmes, derrière les Chinoises et les Mexicaines.
Et en dix ans, les crèmes ont aussi trouvé grâce aux yeux des hommes. Comme les spas et autres soins devenus très attractifs pour les deux sexes.
RECORD : 1h10 pour les femmes au chômage

 

2h06 à zapper : + 1 minute par jour

Nous disposons, en moyenne, de 4 h 58 de temps libre, 7 min de plus qu’en 1999, que nous employons, pour moitié, à regarder la télé ! Pas de révolution en une décennie, mais quand même 20 min de plus qu’il y a 25 ans. Le déploiement de la télévision numérique terrestre (TNT) permettant l’accès gratuit à un bouquet de chaînes supplémentaires n’y est pas étranger. A noter que les jeunes délaissent le petit écran au profit de l’ordinateur.
RECORD : 3 h 07 pour les seniors de plus de 55 ans

2h15 à astiquer, cuisiner et laver : – 15 minutes par jour

Actives, au chômage ou au foyer, les femmes font moins le ménage… mais manient aspirateur et casserole une heure et demie par jour de plus que les hommes ! Et ce, malgré la démocratisation de l’électroménager (lave-vaisselle, robot…) et des matières textiles zéro repassage. Côté cuisine, 10 min de moins derrière les fourneaux pour ces dames – merci les plats cuisinés et la livraison à domicile ! Si les hommes n’accordent pas plus de temps aux corvées qu’en 1999, ils les répartissent différemment : un peu moins de bricolage pour un peu plus de temps pour le ménage et les enfants.
RECORD : 4 h 16 pour les femmes au foyer

 

5h30 à bosser : -16 minutes par jour

Pas de discrimination, les Français et Françaises ayant un emploi connaissent tous la même diminution de leur temps de travail. Les 35 heures sont passées par là. Reste que les hommes travaillent en moyenne un peu plus de 37 h par semaine, tandis que les femmes, plus souvent employées et à temps partiel, y passent 29 h. Des minutes bonus pour décompresser ? Non, le temps gagné n’est pas intégralement reporté sur les loisirs. Ainsi, nous passons 7 min de plus qu’en 1999 dans les transports pour nous rendre au boulot.
RECORD : 6 h 48 pour les indépendants (artisans, commerçants, professions libérales)

 

33 minutes à jouer et à surfer : + 17 minutes par jour

Nous passons deux fois plus de temps quotidiennement à jouer (jeux de société, consoles, ordinateur, mots croisés…) ou sur Internet. Surtout les hommes qui s’y emploient en moyenne 42 min par jour, contre 26 min pour les femmes. C’est le Web le grand vainqueur depuis que l’on peut surfer plus facilement de chez soi. En dix ans, la proportion des ménages disposant d’un accès à Internet est passée de 12 à 64 % ! Les foyers sont mieux équipés, bénéficient d’un débit d’une meilleure qualité et d’offres des fournisseurs d’accès à Internet plus intéressantes qu’en 1999.
RECORD : 1 h 41 pour les hommes âgés de 15 à 24 ans

 

Et la vie sociale dans tout ça ?

Alors que nous disposons de plages d’oisiveté, nous ne consacrons pas plus de temps aux mondanités, préférant nettement surfer ! Visites et réceptions n’occupent ainsi que 29 min de nos journées. Si, en 1999, les chômeurs étaient les champions du genre, ils ont depuis été détrônés, avec un temps quasiment égal, près de 50 min, par les étudiants et les femmes sans emploi. Ces dernières ont néanmoins été doublées par les étudiantes sur le temps passé à bavarder au téléphone, à l’écriture et aux discussions entre amis.

 

* Les chiffres indiqués sont des moyennes sur une journée pour l’ensemble des Français (hommes/femmes). Sources : « Depuis 11 ans, moins de tâches ménagères, plus d’Internet », Insu Première, 10 novembre 2011 et Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV)

Katy Le Moël