OGM : le professeur Séralini republie son étude

L'étude réalisée par le biologiste Gilles Séralini devrait être prochainement publiée dans la revue Environmental Sciences Europe. Elle avait été diffusée dans un autre magazine en 2012, puis retirée car critiquée pour sa méthodologie.

0
1062
En publiant l'étude du Pr Séralini, Winfried Schröder - éditeur pour la revue Environmental Sciences Europe – veut simplement engager « une discussion rationnelle » autour de ces travaux. - crédit photo : taweesak thiprod ©ShutterStock

Le professeur Gilles Séralini a annoncé ce mardi 24 juin une nouvelle publication de son étude controversée sur les organismes génétiquement modifiés (OGM). Elle devrait paraître dans la revue Environmental Sciences Europe. Les travaux du biologiste avait déjà été publiés en 2012, dans le magazine Food and Chemical Toxicology), qui a décidé de les retirer l’an dernier, estimant que la méthodologie employée (nombre et type de rats mobilisés) n’était pas assez solide.

L’article a été quelque peu repris au niveau de la forme mais sur le fond, pas de changement. Il s’agit bien de la même étude sur des rats ayant développé des tumeurs de la taille d’une balle de ping-pong après avoir consommé, de manière répétée, du maïs OGM NK603 de l’entreprise Monsanto.

Étude Séralini : l’éditeur de la revue veut permettre « une discussion rationnelle »

En publiant l’étude, Winfried Schröder – éditeur pour la revue Environmental Sciences Europe – veut simplement engager « une discussion rationnelle » autour de ces travaux. « Le seul objectif est de permettre la transparence scientifique et, sur cette base, une discussion qui ne cherche pas à cacher, mais bien à se concentrer sur ces controverses méthodologiques nécessaires. »

La publication sera accessible en « open source », c’est-à-dire en accès libre pour toute la communauté scientifique, « ce que l’industrie s’est toujours refusée de faire au nom du secret industriel ou de la propriété intellectuelle », commente le Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique (Criigen), dont fait partie le Pr Séralini.

Sur le même thème :

Lire aussi : OGM – Paul Deheuvels valide l’étude du Pr Séralini

Lire aussi : OGM – Les avis contraires de deux experts

Damien Rigat