Opah : le poisson à sang chaud qui intrigue

Jusqu'ici, les scientifiques pensaient que les oiseaux et les mammifères étaient les seuls êtres à avoir le sang chaud. Surprise, ils viennent de découvrir que le poisson nommé lampris royal, ou opah, faisait lui aussi partie de cette catégorie.

0
2310
Totalement endotherme, le lampris royal est une curiosité dans le monde marin. - photo : Nick Wegner et un lampris royal. - crédit : NOAA Fisheries West Coast - Flickr ©DR

C’est un fait, les poissons ont le sang froid. Mais voilà que l’un d’eux vient bouleverser cette théorie pourtant admise depuis de longues années. Son nom : le lampris royal (lampris gutattis), ou opah, un poisson-lune orange entièrement endotherme, c’est-à-dire capable de réchauffer son sang afin de nager sans souffrance dans les eaux froides. Une première dans le monde marin, s’étonnent les scientifiques, du moins parmi les espèces connues.

Le lampris gutattis est un poisson de grande taille – il peut atteindre les deux mètres de long – vivant au large des États-Unis et de l’Australie. Lorsqu’il évolue dans une zone très fraîche, il se réchauffe tout simplement en agitant ses ailerons. Tout son organisme est alors stimulé, sa température monte et sa nage devient alors plus agréable.

Le thon peut lui aussi se réchauffer mais de manière partielle

D’autres poissons, comme les scombridae (thon) et les Lamnidae (grand requin blanc), peuvent eux aussi générer une chaleur corporelle lorsqu’ils se retrouvent dans les profondeurs de l’océan mais seulement dans certaines parties – souvent les muscles – et leurs organes internes refroidissent en même temps que les eaux dans lesquelles ils nagent.

Rappelons que dans les eaux froides, le cœur des êtres marins bat de moins en moins vite et que leurs muscles s’affaiblissent. Ce réchauffement partielle permet au thon et au grand requin blanc de rester plus longtemps dans les eaux froides que leurs confrères mais ils sont obligés de remonter à la surface à un moment ou à un autre pour se réchauffer.

Le lampris royal, un prédateur à sang chaud agile et endurant

Pas l’opah. Contrairement aux autres espèces, il possède des tissus épais entourant ses branchies et son cœur ainsi qu’un tissu de muscle lui permettant de produire un réchauffement interne. Sa température corporelle est supérieure de 5°C, en moyenne, à celle de son milieu. Grâce à cette propriété, le lampris royal peut séjourner sans difficulté dans des espaces situés entre cinquante et quatre cents mètres de profondeur.

« Jamais une chose pareille s’est produite chez un poisson », assure Nicholas Wegner, de l’Administration nationale de l’océan et l’atmosphère (NOAA), que l’on aperçoit sur la photo ci-dessus.

« Avant cette découverte, j’avais l’impression que c’était un poisson lent, comme la plupart des autres poissons dans les environnements froids, reconnaît l’expert. Mais comme il peut réchauffer son corps, il devient un prédateur très actif, chassant des proies agiles comme le calamar, et peut migrer pendant longtemps. »

Lire aussi :

Découvrez l’un des poissons les plus laids au monde (vidéo)

Un poisson mangeur de testicules, repéré dans la Seine !

Damien Rigat