Paludisme : l’espoir d’un vaccin

Des chercheurs ont découvert une protéine qui active la production d'anticorps. Le processus freinerait le développement des parasites à l'origine du paludisme. L'efficacité des vaccins expérimentaux pourrait être améliorée.

0
1562
Paludisme - La protéine PfSEA-1 arrête l'infection lorsque les parasites entrent dans les cellules de globules rouges. ©ShutterStock

L’espoir est grand. Dans des travaux publiés le 22 mai dans la revue américaine Science, des chercheurs déclarent avoir découvert une protéine, appelée « PfSEA-1 », provoquant la production d’anticorps qui empêchent la multiplication des parasites responsables du paludisme.

La protéine PfSEA-1 stoppe l’évolution du paludisme

Dans des régions d’Afrique particulièrement touchées par le paludisme, cette protéine a été liée à une baisse des niveaux de parasites dans le sang chez de nombreuses personnes, enfants comme adultes (AFP). Souvent, l’organisme des personnes vivant dans ces zones développe de manière naturelle des anticorps limitant le nombre de parasites. Pour aller plus loin, les chercheurs ont analysé des échantillons de sang provenant d’enfants tanzaniens, étant soit résistants, soit sensibles au paludisme. Ils ont alors remarqué que la protéine PfSEA-1 arrêtait l’infection lorsque les parasites entraient dans les cellules de globules rouges.

Paludisme : vers un vaccin plus performant ?

Les scientifiques ont testé l’efficacité de cette macromolécule en observant ses effets sur des souris. Exposés à la protéine par la biais d’un vaccin expérimental, les rongeurs ont présenté une réduction des niveaux de parasites dans le sang. Ils ont ainsi survécu plus longtemps que les animaux non vaccinés. Les auteurs de l’étude ont par la suite mesuré les niveaux d’anticorps dans des échantillons de plasma sanguin prélevés sur 453 enfants tanzaniens. Aucun cas de paludisme grave n’a été détecté lorsque les anticorps PfSEA-1 étaient présents dans le sang.

L’antigène pourrait être ajouté à la liste des molécules actuellement utilisées dans la conception de vaccins expériementaux contre le paludisme.

Sur le même thème :

Lire aussi : Paludisme – Un seul gène rend les moustiques résistants

Lire aussi : Un vaccin contre le paludisme en 2015 ?

Damien Rigat