Pandoravirus : des Français découvrent deux virus géants

Des chercheurs français viennent de découvrir deux virus géants, les plus gros jamais observés. Ils les ont baptisés « Pandoravirus ».

0
2613
Les Pandoravirus mesurent environ un micromètre. Ils sont visibles au microscope optique. - Image d'illustration ©ThinkStock

Deux virus géants, nommés « Pandoravirus », ont été découverts par des chercheurs français issus des laboratoires Information génomique et structurale (CNRS/Université Aix-Marseille) et Biologie à grande échelle (CEA/Inserm/Université Grenoble Alpes). Les résultats de leur étude ont été publiés ce vendredi 19 juillet dans la revue Science.

Pandoravirus : la boîte de Pandore des scientifiques

Les chercheurs à l’origine de cette découverte avouent avoir été « extrêmement surpris ». Les Pandoravirus mesurent environ un micromètre et sont donc visibles au microscope optique. Ils contiennent entre 1 900 et 2 500 gènes. Un chiffre impressionnant quand on sait qu’un virus courant n’en possède qu’une dizaine et qu’un homme en dispose d’environ 24 000 (seulement 12 fois plus).

De par leur taille et leur composition, ces deux virus géants se rapprochent davantage d’un organisme vivant que d’un virus. Les auteurs de l’étude les comparent à la boîte de Pandore. « Ouvrir cette boîte va briser les fondations de ce qu’on savait sur les virus jusqu’à présent ». D’après leurs observations, « l’absence de similarités de la plupart de leurs gènes avec d’autres formes de vie pourrait indiquer qu’ils viennent d’une lignée de cellules primitives totalement différente ».

Les deux virus ont été découverts à 15 000 kilomètres l’un de l’autre

15 000 kilomètres séparent les zones où ont été localisés les deux virus. Le premier, Pandoravirus salinus, a été découvert à l’embouchure d’une rivière au Chili, le second, Pandoravirus dulcis, au fond d’un étang à Melbourne (Australie).

Ce n’est pas la première fois qu’un virus géant est repéré. En 2003, une équipe marseillaise en avait identifié un (Mimivirus) dans un échantillon de flore microbienne prélevé en 1992 dans un hôpital anglais. Plus récemment, des chercheurs ont observé un virus du même type, Megavirus chilensis, contenant environ 1 100 gènes. Ces deux micro-organismes n’ont pratiquement aucun point commun avec les Pandoravirus.

> Lire aussi : Papillomavirus – le vaccin serait efficace

Grâce à leur découverte, les scientifiques français espèrent que d’autres recherches sur les Pandoravirus pourront être financées. Ces études pourraient permettre de faire progresser encore un peu plus le monde de la biotechnologie.

> Lire aussi : Un gel microbicide contre le virus du sida

Damien Rigat